Exclusif

Un cas de C. difficile au CPE La Jardinière du CHUS

Un cas de Clostridium difficile a été recensé... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Un cas de Clostridium difficile a été recensé au CPE La Jardinière, situé sur le site du CHUS-Fleurimont. Cette bactérie est « habituellement bénigne chez les enfants », indique la direction du CPE.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un cas de Clostridium difficile a été recensé au CPE La Jardinière, situé sur le site du CHUS-Fleurimont. La direction a avisé les parents lundi de la situation. Le centre de la petite enfance accueille des enfants dont les parents travaillent au CHUS et à la faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke.

Dans une lettre envoyée aux parents, la directrice générale du CPE La Jardinière Julie Messier explique que le service de garde connaît « actuellement des cas de diarrhée, dont au moins un cas a été attribué à une bactérie appelée Clostridium difficile ».

Selon un document du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), les personnes âgées ayant des problèmes de santé et qui sont hospitalisées sont plus à risque d'être infectées par cette bactérie lors de leur séjour à l'hôpital. La prise d'antibiotique favoriserait l'apparition de cette infection. La C. difficile a fait les manchettes en raison de décès survenus dans les hôpitaux de la province il y a quelques années.

Toutefois, cette bactérie est « habituellement bénigne chez les enfants », indique la direction du CPE dans sa missive.

Elle peut causer des douleurs abdominales et des diarrhées.

« L'enfant n'est pas du CPE depuis plus d'une semaine, mais le diagnostic a été confirmé en fin de semaine », peut-on lire dans le courriel envoyé aux parents.

Julie Messier a eu des discussions avec la Santé publique lundi après-midi.

« On n'est pas en situation d'éclosion », dit-elle en ajoutant que l'enfant n'a pas été présent au CPE depuis plus de 10 jours et qu'il n'avait pas lieu d'être alarmant.

« Exclusion totale »

« Dans toute situation, dès que les enfants ont des diarrhées, ils sont retirés. C'est l'exclusion totale de l'enfant. Ils réintègrent le CPE 24 heures après les derniers symptômes (NDLR : vomissement, diarrhée et/ou fièvre). Ça, c'est dans toute mesure pour des épisodes de diarrhée. »

Le CPE utilise les mêmes mesures de désinfection qu'à l'habitude, note Mme Messier.

Interrogée sur le fait que des parents soient des employés du CHUS, elle souligne que certains parents « connaissent ça un peu ». « On a eu quelques appels de parents. »

Il s'agit du premier cas de C. difficile, une bactérie qui a la capacité de survivre dans l'environnement de ce CPE.

Le CPE collabore avec le CLSC pour la suite du processus et suit les informations provenant du guide de Prévention et contrôle des infections en services de garde et des écoles du Québec.

La direction du CPE a avisé les parents d'informer le médecin s'ils consultent pour leur enfant. « Dans la mesure du possible, le médecin pourrait éviter de lui prescrire des antibiotiques, étant donné la présence de cette bactérie dans le milieu de garde fréquenté par votre enfant ».

La direction recommande aussi quelques mesures, dont apporter à la maison toutou et doudou et de les nettoyer régulièrement, de même que d'utiliser le désinfectant disponible chaque fois qu'ils entrent au CPE.

« Il serait malheureux de devoir fermer ou d'être pris encore une fois avec une épidémie à notre CPE », peut-on lire dans la lettre. Julie Messier note qu'il s'agit d'une formulation générale, mais indique que le CPE avait dû fermer ses portes deux jours il y a plus d'une dizaine d'années en raison de cas de gastro-entérite.

Le CPE accueille environ 60 enfants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer