Souk 2016 : un périple gustatif à travers 12 pays

La programmation du Souk 2016 ont été dévoilés... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

La programmation du Souk 2016 ont été dévoilés par Félix Duhamel, des Jeunes musiciens du monde, Linda Desautels, du Service d'aide aux Néo-Canadiens, Gérard Pierre Ti-I-Taming, du CIPO, et Sylvie Pagès, d'Ascot en Santé.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Les Sherbrookois auront l'occasion de faire voyager leurs papilles dans douze pays différents à l'occasion du Souk 2016, qui se tiendra le 13 novembre prochain, de 11 à 17 heures, à l'école internationale du Phare.

Créé en 2005 par Ascot en Santé et le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC), le Souk se définit comme une fête familiale interculturelle destinée à rapprocher les communautés culturelles de la région par la dégustation de mets exotiques à faible coût ainsi que par la présence d'artistes et de commerçants pour qui l'événement représente une vitrine inédite.

En arabe, un souk est un marché couvert, situé généralement dans le nord de l'Afrique. On y retrouve aussi bien de la nourriture que des vêtements ou de l'artisanat.

Cette année, une quarantaine d'exposants seront présents au Souk pour mettre en valeur les richesses de leur pays respectif et les produits et services qu'ils ont développés depuis leur arrivée à Sherbrooke.

«Le souk s'inscrit dans une des activités de rapprochement interculturelles qu'organise Ascot en Santé. C'est de favoriser le vivre ensemble, c'est de partager les connaissances et les richesses issues de l'immigration et réciproquement ce que la société d'accueil peut leur apporter», a indiqué Sylvie Pagès, agente de liaison d'Ascot en Santé.

La musique sera également à l'honneur par la présence de musiciens, danseurs et chanteurs des pays représentés.

Ascot en Santé a pour mission de lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Pour ce faire, le comité organise chaque année des activités de rapprochement interculturelles. C'est dans cet optique que celui-ci s'est joint au Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) pour la tenue de ce souk, créé à l'origine par le SANC.

Les traiteurs présents cette année au Souk proviennent de quatre continents, a indiqué Linda Désaultels, du SANC. «Les gens pourront déguster des mets de l'Azerbaidjan, du Brésil, du Cameroun, de la Colombie, de l'Irak, de l'Iran, du Mexique, du Pérou, de la Roumanie, de la Syrie et de la Turquie», a-t-elle énuméré en invitant les personnes intéressées à arriver tôt le jour de l'événement.

«L'entrée au Souk est gratuite, mais les visiteurs qui voudront goûter aux mets des différents pays devront se procurer sur place un carnet de dégustations au coût de 5 $. Chaque carnet donne droit à deux mets salés et à une bouchée sucrée. Comme le nombre de carnets est limité, ceux-ci seront vendus selon la formule du premier arrivé premier servi», a précisé Mme Désautels.

Le directeur de l'école du Phare, Patrick Levasseur, a pour sa part fait valoir que le Souk cadre parfaitement dans la mission internationale de l'école secondaire qu'il dirige et dans laquelle 53 pays sont représentés parmi les élèves,

«Lorsqu'on m'a approché pour tenir le Souk, je n'ai pas pu m'empêcher de dire oui, car notre école est déjà un beau centre de rapprochement pour de nombreuses communautés culturelles. C'est aussi un projet d'envergure intéressant pour l'ensemble de notre école», a mentionné M. Levasseur.

Selon les organisateurs, le Souk, qui se tient aux deux ans, accueille généralement 1500 visiteurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer