Graffiti homophobe à l'UdeS

Vendredi, un graffiti mentionnant « Jsuis une tapette... (Courtoisie)

Agrandir

Vendredi, un graffiti mentionnant « Jsuis une tapette (sic) » a été écrit au feutre noir sur un mur du premier étage de la faculté des lettres et des sciences humaines, troublant du même coup des membres de la communauté LGBT.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un graffiti homophobe perpétré à l'Université de Sherbrooke a été « pris très au sérieux » par l'Association des gais, lesbiennes et bisexuel(le)s de l'institution (AGLEBUS), qui envisage de porter plainte au cours des prochains jours.

« C'est un acte récent et on n'a pas beaucoup d'informations encore sur les motifs, si c'est simplement un geste immature ou un geste revendicateur. Nous allons nous questionner et voir comment on va se positionner. On espère que l'UdeS fera quelque chose pour empêcher que ça se reproduise », mentionne la vice-présidente aux communications de l'AGLEBUS, Raphaëlle Cadoret.

Vendredi, un graffiti mentionnant « Jsuis une tapette (sic) » a été écrit au feutre noir sur un mur du premier étage de la faculté des lettres et des sciences humaines, troublant du même coup des membres de la communauté LGBT, signale Mme Cadoret.

« L'Université a réagi rapidement en effaçant le message, mais il y a beaucoup de monde qui est passé par là et il y a beaucoup de gens de la communauté LGBT qui ont été troublés. C'est sûr qu'étant l'association qui fait de la sensibilisation contre l'homophobie, on a vraiment pris ça très au sérieux. »

Débat

« Ça a suscité un débat au sein de l'association en ce sens que des gens se demandaient si c'était un message haineux ou plutôt une revendication de quelqu'un LGBT, mais le terme utilisé est très péjoratif. C'est une façon de faire que je trouve immature et déplacée et on va faire notre possible pour empêcher qu'il y ait d'autres manifestations. »

L'Association entend donc redoubler les efforts de sensibilisation au cours des prochains mois pour enrayer ce type de comportement sur le campus, indique-t-elle.

« Ce genre de comportement, ça nous prouve qu'on a une raison d'être. Des affiches seront posées pour faire connaitre l'asso et continuer de faire de la sensibilisation contre l'homophobie. »

Ironiquement, l'AGLEBUS avait prévu une campagne de sensibilisation le lendemain pendant le tailgate précédent le match entre le Vert & Or de l'UdeS et le Rouge et Or de l'Université Laval.

« C'est pour sensibiliser les gens dans les estrades qui, pour décourager l'équipe adverse, traitent ses joueurs de ''fifs''. Ça nous interpelle. C'est un message pris trop à la légère. C'est encore trop relié à l'homosexualité et c'est inadéquat. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer