Plus d'encre que de sang

Il existe tout un lot de croyances et... (Summit, Films Séville)

Agrandir

Il existe tout un lot de croyances et de légendes en ce qui concerne les vampires. La popularité de la série Twilight en témoigne.

Summit, Films Séville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La légende veut qu'ils aient fait couler beaucoup de sang. Cette même légende fait qu'ils ont surtout fait couler beaucoup d'encre... Ce n'est pas d'hier que le vampire fascine, tant en littérature qu'au cinéma.

On n'a qu'à penser aux romans comme Les chroniques des vampires d'Anne Rice ou encore aux séries télévisuelles telles que True Blood et Vampire Diaries.

Dès le 18e siècle, la figure notable du vampire apparaît dans la littérature. On retrouve des oeuvres marquantes, comme La Fiancée de Corinthe de Goethe en 1797, puis Carmilla de Joseph Sheridan LeFanu en 1872, sans oublier le célèbre roman Dracula de Bram Stocker en 1897.

Mais d'où est né cet engouement? Le professeur Nicholas Dion, spécialiste en histoire de la littérature française des 17e et 18e siècles de l'Université de Sherbrooke, mène une recherche sur l'émergence de la figure du vampire en France, à partir de cette oeuvre.

Parmi les documents précurseurs de l'imagerie actuelle du vampire, on retrouve un ouvrage de l'abbé Augustin Calmet paru en 1746. Ses écrits renferment des dissertations sur les apparitions des anges, des démons et des esprits, et sur les revenants et vampires de Hongrie, de Bohême, de Moravie et de Silésie.

« Je me suis toujours intéressé aux films d'horreur. Je suis venu à me pencher sur la période de la fin du 17e et le début du 18e siècle », soutient le chercheur.

« Les gens à cette époque en sont venus à croire que des morts s'étaient transformés en vampires. Il y a eu une immense vague à ce sujet, surtout en Europe. C'était la folie. Une véritable chasse aux vampires. »

M. Dion a reçu une subvention pour étudier le phénomène de ces personnages mythiques. « D'ici deux ans, je pense être en mesure de publier le fruit de mes recherches pour les rendre disponibles au public », assure-t-il.

« Il y a beaucoup de littérature en anglais sur les vampires. Cette fois, un auteur francophone va écrire sur le phénomène. »

Son travail regorgera de légendes macabres dignes des fêtes d'Halloween les plus réussies. « Le mythe des vampires veut que les vampires reviennent à la vie avec leur corps, explique Nicolas Dion. Mais on disait à l'époque que seul Dieu aurait le pouvoir de ressusciter les corps. »

« Il y a tout un lot de croyances et de légendes en ce qui concerne les vampires. C'est moins répandu de nos jours, mais ça existe encore. On a juste à voir la popularité de la série Twilight. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer