Le COGESAF dévoile un premier projet en partenariat avec Boralex

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon

(East Angus) Dans le cadre de Pignon sur rive, le Conseil de gouvernance de l'eau des bassins de la rivière Saint-François (COGESAF) s'est associé avec la Ville d'East Angus, la Commission scolaire des Hauts-Cantons et l'entreprise Boralex pour un projet de revégétalisation au parc des Deux Rivières.

«Le programme Pignon sur rive, c'est un peu comme du parrainage avec les entreprises. Nous avons beaucoup de partenariats qu'on qualifie de naturels, cependant, au niveau des industries, nous n'en avions pas beaucoup. De ce fait, Pignon sur rive vient solliciter la participation des entreprises ou industries pour des actions concrètes», explique la directrice générale du COGESAF, Stéphanie Martel. «Dans ce cas-ci, Boralex avait la gestion du barrage et elle était intéressée à ce que ce projet se retrouve dans son secteur d'activités.»

Grâce à un investissement de près de 5000 $, ce sont plus de 360 arbustes et herbacés qui ont été plantés, avec l'aide de 15 élèves de la Polyvalente Louis-Saint-Laurent, en bordure de la rivière Saint-François afin d'en améliorer la qualité de l'eau. Un hôtel à insectes a également été installé ainsi que deux panneaux d'interprétation afin de maximiser la sensibilisation.

«Nous sommes conscients que ce ne sont pas ces 360 arbustes qui vont venir changer la qualité de l'eau de la rivière demain matin, mais l'idée demeure d'en profiter pour faire de la sensibilisation et de l'éducation auprès des utilisateurs du parc et des jeunes qui participent à la plantation. Éventuellement, la multiplication de ces projets va finir par avoir un impact», fait valoir la directrice générale.

Boralex a été la première entreprise à participer financièrement à un projet de revégétalisation des bandes riveraines.

Le projet a également été jugé très important pour la Ville d'East Angus, qui s'attarde à la préservation de ce site depuis un bon moment déjà. «C'est un endroit que l'on travaille depuis une dizaine d'années afin d'en améliorer la protection des berges», rappelle le maire Robert G. Roy.

De plus, l'union des partenaires impliqués représente quelque chose de particulier pour lui. «Boralex est une entité de Cascades et le parc des Deux Rivières est justement né grâce à Cascades. Il démontre toujours un intérêt à la protection des berges. De plus, l'implication de la Commission scolaire des Hauts-Cantons fait que les jeunes s'approprient le parc et c'est ce qui rend intéressant un tel projet.»

Même son de cloche pour Geneviève Lagueux, enseignante responsable des 15 élèves impliqués. «Ce sont des élèves en adaptation scolaire, donc aussitôt que nous avons la chance de travailler sur le terrain, on la prend. Ce sont des projets comme ça qui augmentent beaucoup leur persévérance scolaire.»

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer