Le Dr Steven Monette radié six mois

Le Dr Steven Monette de Coaticook vient d'être radié pour six mois par le... (123RF.com)

Agrandir

123RF.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Dr Steven Monette de Coaticook vient d'être radié pour six mois par le Collège des médecins du Québec.

Le Dr Monette avait plaidé coupable à trois chefs déontologiques devant le conseil de discipline.

Le médecin a reconnu devant son ordre «de ne pas avoir tenu compte de ses capacités en prenant un quart de travail dans la nuit du 5 au 6 décembre 2013, alors qu'il souhaitait dormir compte tenu de ses obligations familiales qu'il avait dans la matinée du 6 décembre, se plaçant ainsi dans une situation conflictuelle, l'amenant à prioriser ses intérêts familiaux au détriment de ceux de ses ou de son patient».

Il a aussi plaidé coupable d'avoir fait défaut de se rendre au chevet d'un patient afin d'évaluer sa condition médicale en dépit des informations communiquées par une infirmière de nuit.

Le Dr Monette a aussi reconnu avoir prescrit «sans une évaluation clinique préalable, à distance et chez un patient potentiellement allergique à la morphine, une dose élevée d'un opiacé puissant par voie intraveineuse».

Lors de cette nuit, un patient s'est présenté à l'urgence avec des inquiétudes sur l'engourdissement et la pâleur de ses jambes. Il craignait une récidive d'ischémie aiguë et l'amputation.

Informé de l'état du patient par l'infirmière, le Dr Monette lui répond qu'il l'évaluera le lendemain matin. Le médecin a demandé à l'infirmière d'administrer un médicament pour soulager sa douleur. Devant l'insistance de l'infirmière pour qu'il vienne évaluer le patient, il l'informe qu'il doit dormir pour pouvoir aller reconduire ses enfants à leurs activités sportives au matin et il doit être en forme pour assurer la garde du prochain quart de travail de nuit. Il demande à l'infirmière de ne pas le réveiller à moins d'urgence majeure.

Le patient est finalement évalué vers 7 h par le Dr Monette puis transféré aux soins intensifs du CHUS vers 8 h 30. Il demeurera hospitalisé pendant quelques semaines et a conservé l'usage de ses jambes.

Devant le conseil de discipline, le Dr Monette a mentionné avoir été grandement ébranlé par les événements et continue de l'être. Il avait mentionné assumer «pleinement les conséquences de ses actes».Lors des événements, le Dr Monette remplaçait un collègue lors du quart de travail de nuit.

Le Dr Monette consacre la moitié de sa pratique à l'urgence du Centre hospitalier de Coaticook et l'autre moitié, il assure le suivi d'environ 700 à 800 patients à son cabinet. Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS assure que le plan d'effectifs médicaux a été révisé pour assurer une couverture médicale adéquate à Coaticook et que la population recevra les même services médicaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer