Procès: Martial Lacasse plaide non coupable

Martial Lacasse est accusé de conduite dangereuse ayant... (La Tribune archives, Jessica Garneau)

Agrandir

Martial Lacasse est accusé de conduite dangereuse ayant causée la mort.

La Tribune archives, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) La deuxième journée du procès devant jury de Martial Lacasse, au palais de justice de Lac-Mégantic mardi, a vu le jeune homme enregistrer un plaidoyer de non culpabilité aux trois chefs d'accusation auxquels il fait face.

Martial Lacasse est ce jeune homme qui, le 25 janvier 2014, aurait conduit dangereusement un VTT sous l'influence de l'alcool causant la mort de son ami de 15 ans, Kevin Morin, dans un sentier situé entre Woburn et Piopolis. Deux de leurs amis se trouvaient également avec eux, sur un autre VTT, Miguel Lessard et David Dumont-Jacob.

Lorsque l'acte d'accusation a été lu à l'accusé, en lui demandant quel plaidoyer il enregistrait, pour chaque chef auquel il fait face, il a répété par trois fois: «Non coupable!»

Le juge Charles Ouellet de la Cour supérieure mène ces procédures avec autorité et précision. Il a débuté la journée de mardi en prodiguant pendant une bonne demi-heure ses directives préliminaires aux 12 jurés.

Par la suite, l'avocat de la Couronne, Me Régis Juneau-Drolet, a livré son exposé sur ses intentions au début de ce procès, expliquant en quoi consiste son travail pour le ministère public. L'avocat a rappelé les faits et a dressé la liste des témoins qu'il va assigner à comparaitre: les policiers ayant agi à la suite de l'accident, Mathieu Sirois, enquêteur principal de la Sûreté du Québec (SQ), les patrouilleurs Jonathan Rodrigue et Benoît Ouellet, les ambulanciers Sylvain Côté et Kenny Verville, puis les deux amis de Martial Lacasse qui étaient avec eux le soir de la tragédie, Miguel Lessard et David Dumont-Jacob. Enfin, deux travailleurs de l'Auberge du Soleil-Levant, de Piopolis, qui ont offert aux jeunes de quitter l'établissement avec un transport alternatif et non en VTT.

La déclaration de remise de l'accusé aux jurés a ensuite été lue, comme quoi son sort se trouvait désormais entre leurs mains et qu'ils allaient prendre connaissance de la preuve.

Puis les témoignages ont commencé. Le contenu de plusieurs photos a été expliqué, de même que des plans montrant les allées et venues de Martial Lacasse et de ses amis, le soir du drame, entre le dépanneur Miraco, la patinoire de Woburn, la résidence de Lacasse, le bar de l'Auberge au Soleil-Levant, à Piopolis, et le lieu de l'accident, dans le sentier de motoneige.

D'autres photos ont été exhibées, des vêtements de la victime, d'autres prises des lieux de l'accident, montrant aussi le VTT endommagé de l'accusé, et enfin des photos de son analyse mécanique au poste de la SQ de Sherbrooke.

Les témoins suivants, les policiers Jonathan Rodrigue, le premier à arriver sur les lieux, et Benoît Ouellet, l'intervenant dans les questions d'alcool au volant, ont ensuite décrit leurs interventions, le deuxième étant celui qui a procédé à l'arrestation de l'accusé.

Cette journée bien remplie s'est terminée avec le témoignage des deux ambulanciers qui ont pris en charge Kevin Morin et Martial Lacasse, Sylvain Côté et Kenny Verville.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer