• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Restructuration du service d'incendie: pas une menace pour les finances de Magog 

Restructuration du service d'incendie: pas une menace pour les finances de Magog

feu magog... (La Tribune, archives)

Agrandir

feu magog

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Bien qu'il deviendra plus coûteux en raison de la restructuration dont il fera l'objet, le service de protection contre les incendies de la Ville de Magog ne devrait pas menacer les finances de la municipalité.

Présidente de la Commission des finances de la Ville de Magog, Nathalie Bélanger a tenté de se faire rassurante en livrant ses commentaires au sujet de la restructuration prévue lors de la dernière assemblée du conseil municipal.

« On est en mesure de procéder à la restructuration annoncée parce qu'on a une gestion efficiente et performante, a affirmé Mme Bélanger. On veut qu'il y ait le moins d'impacts possible sur le compte de taxes des citoyens. »

À terme, le budget alloué au service incendie aura bondi de 1,3 million $. La restructuration qui sera effectuée permettra la création de 36 postes de pompiers à temps complet. Plusieurs pompiers conserveront néanmoins un statut d'employés temporaires.

« Je ne voulais pas qu'on tourne les coins ronds dans ce dossier, a également affirmé Nathalie Bélanger, qui représente le secteur Monseigneur Vel au conseil municipal. Les incendies, c'est une question de sécurité. »

Pour sa part présidente de la Commission des ressources humaines de la Ville de Magog, sa collègue Nathalie Pelletier a d'abord hésité avant de donner son aval à la restructuration planifiée. Mais elle a finalement approuvé la proposition déposée.

« On a eu une présentation durant laquelle on nous a expliqué ce qui s'en venait et j'ai eu les réponses que je souhaitais à cette occasion, a indiqué Mme Pelletier. Je suis donc à l'aise avec les changements annoncés. »

Dans la foulée, la conseillère du district des Marinas a souligné que le budget du service incendie augmentera graduellement. « Et ce que je retiens, c'est l'aspect sécuritaire. Nous serons assurés d'avoir un nombre de pompiers suffisants lors des interventions, ce qui est prioritaire pour une municipalité », a-t-elle conclu.

Quant au président de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Magog, Yvon Lamontagne, il a mentionné que les municipalités de la taille de Magog ont souvent des brigades de pompiers à temps plein.

« On passera de 60 à 36 pompiers et la facture montera, ce qui est agaçant j'en suis sûr pour bien des personnes, a déclaré M. Lamontagne. Mais, avec la structure qu'on avait auparavant, on pouvait se retrouver avec juste deux gars à un feu. En plus, dans les périodes de vacances, certains temporaires avaient trop peu de disponibilité. Je pense qu'on aura quelque chose de très sécuritaire maintenant. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer