La Fondation Christian Vachon rêve de prendre de l'expansion

Christian Vachon... (La Tribune archives, René Marquis)

Agrandir

Christian Vachon

La Tribune archives, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) En croissance depuis ses débuts, la Fondation Christian Vachon pourrait encore prendre de l'expansion au cours des années à venir. Son fondateur espère dénicher des partenaires de premier plan, ce qui faciliterait son développement à l'échelle provinciale.

Christian Vachon ne cache pas ses ambitions : il est persuadé que la formule développée par sa fondation a fait ses preuves et il souhaite que d'autres régions du Québec en profitent.

« Je suis intéressé à ce que notre recette fasse des petits, lance M. Vachon. Le but, c'est qu'on puisse la partager avec des gens d'un peu partout dans la province. Je sais que notre approche est exportable. »

La Fondation Christian Vachon a d'abord oeuvré dans le secteur de Magog, puis elle a commencé

à donner un coup de pouce à des élèves d'autres municipalités autour. Elle vient en aide à des familles moins fortunées en fournissant des repas pour les enfants à l'école, des vêtements et même de l'argent pour couvrir les frais d'inscription à des activités diverses.

Le fondateur de l'organisme croit que le moment est bien choisi pour partir à la recherche de nouveaux partenaires puisque l'organisation qu'il a fondée bénéficie d'une visibilité à l'échelle provinciale grâce à Desjardins. Des publicités tournées pour Desjardins place en effet la fondation à l'avant-scène.

« On est vraiment content de la visibilité qu'on obtient avec ces publicités, présentées à la télévision et sur internet, note M. Vachon. Le fait que Desjardins nous insère dans une campagne provinciale démontre qu'on est une organisation intéressante. Et il y a des retombées parce que des gens de l'extérieur de notre région m'ont contacté après avoir vu les pubs. »

En mode recherche

Athlète aux capacités physiques impressionnantes, Christian Vachon devrait à court terme rencontrer des personnes susceptibles de l'aider à accroître le rayonnement de son organisation.

« Ce qui nous freine en ce moment, ce sont nos moyens financiers. Il y a de gros joueurs dans le domaine de la réussite scolaire au Québec et je veux les intéresser à ce qu'on fait pour ensuite créer un partenariat avec eux. C'est le temps de foncer actuellement compte tenu du contexte. »

M. Vachon reconnaît que le Relais du lac Memphrémagog, un événement permettant d'amasser des fonds pour sa fondation, ne générera jamais assez d'argent pour répondre à l'ensemble des besoins. Voilà pourquoi il mise de plus en plus sur les parrainages d'enfants.

« Lorsqu'on arrive dans une nouvelle école, on est en mesure d'utiliser l'argent du Relais pour faire rapidement du bien. Par la suite, on essaie de trouver des gens avec plus de moyens pour qu'ils parrainent financièrement des jeunes provenant de familles moins riches. Cette façon de faire nous donne plus de liberté », explique-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer