Un vol de gomme de sapin complique l'ouverture d'un musée

Le propriétaire de Gomme de sapin du Québec,... (Tirée d'Internet)

Agrandir

Le propriétaire de Gomme de sapin du Québec, Gérald Charbonneau, ne se laisse pas décourager par le vol de 1000 livres de gomme de sapin qu'il a subi récemment. Il ouvrira tout de même son musée consacré à cette précieuse résine le 3 décembre prochain, à Compton.

Tirée d'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Alors que le propriétaire de l'entreprise Gomme de sapin du Québec, Gérald Charbonneau, s'apprête à ouvrir un musée à Compton consacré à cette précieuse résine, une perte de revenus de 35 000 $, causée par le vol de 1000 livres de gomme de sapin, complique son projet.

C'est en revenant d'un séjour en Estrie pendant la fin de semaine de l'Action de grâce, où il visitait justement les locaux de son futur musée, que Gérald Charbonneau a constaté qu'on lui avait dérobé l'entièreté de sa récolte en résine de sapin de l'an dernier, entreposée dans le garage de sa résidence à Stoneham.

« Je m'en suis rendu compte seulement le mercredi, puisque ce n'est pas un endroit que je contemple tous les jours. J'aime la gomme, mais pas à ce point-là ! », blague M. Charbonneau.

Maintenant qu'une enquête policière est en cours pour appréhender le coupable, Gérald Charbonneau a choisi de se servir de ce malheureux événement pour promouvoir la gomme de sapin, « l'or pur du Québec », comme il l'appelle.

« Il existe une quarantaine d'espèces de sapins dans le monde, mais une seule donne la gomme, le sapin baumier, et 90 pour cent des individus de cette espèce se trouvent au Québec. Alors c'est une ressource précieuse qu'on a chez nous », indique le piqueur.

Même si cette perte de revenus de 35 000 $ représente un obstacle important dans la création du musée qui portera le nom de Jean-Jacques Fortin - premier propriétaire et fondateur de l'entreprise Gomme du sapin du Québec -, M. Charbonneau ne compte pas retarder l'ouverture de l'établissement, qui aura lieu le 3 décembre prochain.

« C'est sûr que le vol nous coupe un peu les reins, parce que le musée sera à but non lucratif, donc les gens ne payeront pas pour y entrer, mais on continue quand même, dit-il. On demande aux gens de faire des dons sur notre site Internet pour nous aider. »

Cet endroit dédié entièrement à la gomme de sapin a déjà existé à Baie-Saint-Paul, et était situé à même la résidence de son propriétaire, Jean-Jacques Fortin. En acquérant l'entreprise de M. Fortin, Gérald Charbonneau a décidé de remettre le musée sur pied et de le déménager à Compton.

« On pensait l'ouvrir seulement l'année prochaine, mais finalement, on a eu une très belle opportunité à la Cité verte, à Compton, explique-t-il. Ça va être un immense projet. (...) On veut recréer une forêt vivante, avec pas mal tous les arbres du Québec. On veut que les gens, et surtout les enfants, puissent voir que le sirop d'érable, ça ne pousse pas dans une canne, même chose pour la gomme ! Il va aussi y avoir un laboratoire où les visiteurs vont pouvoir voir la transformation de la gomme de sapin, à partir de la cueillette jusqu'à la création de produits dérivés. »

« Les gens vont pouvoir participer à différents ateliers ou s'asseoir et regarder des sculpteurs, des artistes à l'oeuvre, tout en buvant une tisane de sapin », ajoute M. Charbonneau.

Pour contribuer au Musée Jean-Jacques Fortin, vous pouvez faire un don sur le squareup.com/store/gommedesapin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer