Pas de tabou pour le village hanté du Village québécois d'antan

Le Village québécois d'antan n'a pas l'intention de... (Photo archives La Tribune, courtoisie)

Agrandir

Le Village québécois d'antan n'a pas l'intention de mettre de gants blancs afin de plaire à sa clientèle avide d'émotions fortes une fois l'Halloween venu.

Photo archives La Tribune, courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) S'il soigne ses personnages et animations au cours de la période estivale afin de plaire au grand public, le Village québécois d'antan n'a pas l'intention de mettre de gants blancs afin de plaire à sa clientèle avide d'émotions fortes une fois l'Halloween venu.

Au cours des dernières semaines, une vidéo d'une des attractions du village, captée illégalement, a été diffusée sur les réseaux sociaux. La bande, montrant une femme poignardant son bébé naissant, a eu de quoi offusquer certains yeux moins avertis. Des personnes ont porté plainte considérant l'extrait offensant et celui-ci a rapidement été retiré.

L'équipe du Village n'avait rien à voir avec cette diffusion et n'a pas l'intention de s'excuser pour le contenu se trouvant, par surcroît, dans sa section réservée aux plus de 16 ans. En fait, on a même l'intention d'aller plus loin afin d'en donner pour leur argent aux visiteurs.

« Les gens nous paient pour avoir peur, pour vivre des émotions fortes. La peur, ce n'est pas toujours évident à définir. Ça peut aussi se définir par le dégoût. On crée des émotions spéciales, intenses. Il peut y avoir un peu de vulgarité, ça peut être déstabilisant, il y a différents types de peurs », explique le directeur général du Village, Éric Verreault.

31 000 raisons d'avoir confiance

Le gestionnaire ne s'en fait pas trop avec les quelques personnes qui ont jugé ce contenu offensant. En fait, il considère avoir 31 000 raisons d'avoir confiance en la qualité du produit offert puisque c'est le nombre de personnes qui ont franchi les tourniquets de l'attraction drummondvilloise au cours des sept premiers jours de village hanté. Il s'agit d'une hausse de 40 % par rapport à l'année record de 2015. Aucune plainte n'a émané de ce nombre.

« L'argument le plus massue qu'on fait bien les choses, c'est nos 31 000 visiteurs. C'est un méchant bon échantillonnage. On ne pensait pas être en mesure de connaître une progression de la sorte après toutes ces années. C'est mieux que ce qu'on anticipait », dit-il.

Et le Village n'a pas l'intention de s'arrêter là. M. Verreault se rendra à Pittsburgh au cours des prochaines semaines afin d'assister à un congrès mettant en vedette les plus importantes attractions de terreur en Amérique du Nord. Il entend bien rentrer au pays avec un sac rempli de frayeurs nouvelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer