Chasseur d'images frappé d'un interdit de chasser

Nous avons testé avec l'opérateur de drone Luc... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Nous avons testé avec l'opérateur de drone Luc Harvey la réaction du gros gibier à l'approche de ces appareils  miniatures et vérifié jusqu'à quel point les drones pourraient avantager les chasseurs. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle cet usage est interdit pour la chasse sportive.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) Auriez-vous cru que les baleines s'attaquent aux requins? Un drone a filmé l'une de ces charges tandis qu'un autre a montré la bestialité avec laquelle une bande de requins dévore la carcasse d'une baleine.

Il ne nous a pas été possible d'approcher... (Courtoisie, Christian Labonté) - image 1.0

Agrandir

Il ne nous a pas été possible d'approcher avec le drone aussi près d'un chevreuil que ce que Christian Labonté, avait réussi l'an dernier en Beauce. L'aéromodélisme est un passe-temps de M. Labonté.

Courtoisie, Christian Labonté

Sans manoeuvre délibérée de la part du pilote,... (La Tribune, Luc Larochelle) - image 1.1

Agrandir

Sans manoeuvre délibérée de la part du pilote, le seul bruit du drone a rabattu vers moi des dindons sauvages qui sont venus passer à porter de tir. L'engin pourrait clairement avantager les chasseurs, raison pour laquelle son usage n'est pas permis.

La Tribune, Luc Larochelle

Saviez-vous que la pêche en haute mer se pratique en repérant des thons du haut des airs ? Des vidéos sur YouTube le prouvent.

Et la chasse alors ?

Le jour des tentations n'est sûrement pas très loin...

Si vous croyez que je fabule, un groupe de braconniers a été condamné il y a dix ans sur la Côte-Nord après qu'il eut été prouvé qu'un pilote d'hélicoptère se faisait complice de chasseurs en rabattant des orignaux vers eux.

Pour voir comment le gros gibier réagit à la présence de drones et mesurer l'avantage que ceux-ci pourraient procurer aux chasseurs, sans arme et veillant à ne pas enfreindre les lois, nous avons récemment lancé un drone au-dessus de champs et d'une forêt de l'Estrie où les cerfs de Virginie et les dindons sauvages sont particulièrement abondants.

Nous voulions d'abord vérifier s'il est aussi aisé de s'approcher d'un chevreuil avec un appareil téléguidé que ce que laissent croire des images captées en 2015 dans un champ de la Beauce (disponibles sur YouTube) par Christian Labonté, l'un des membres du club d'aéromodélisme Les Phoenix.

M. Labonté est parvenu à descendre sa lentille à la hauteur de l'animal, qui a continué à manger jusqu'à ce que la présence de l'intrus devienne trop dérangeante.

« Ce n'était que de la curiosité, je ne suis pas chasseur. J'aimerais que vous mettiez l'accent sur l'aspect récréatif parce que les amateurs de drones ne sont pas délinquants et malveillants. C'est un passe-temps comme un autre et j'espère qu'on ne viendra pas nous embêter avec toutes sortes de lois », commente M. Labonté qui a accepté que nous utilisions ses images pour notre reportage.

Lors de notre simulation, le drone était encore à plusieurs centaines de mètres de cerfs qui broutaient dans un champ lorsque le premier d'entre eux a pris la fuite, envoyant du coup le signal aux autres de déguerpir.

À bon vent et lorsque celui-ci masque les bruits suspects, peut-être les chances sont-elles meilleures. En fin de journée, lorsque tout est calme et que le moindre bruit est porté par l'écho, l'approche d'un drone semble vouée au même échec que celle d'un chasseur avançant vers des chevreuils à découvert.

Par ailleurs, embusqué stratégiquement dans une tente au coin de deux prairies, j'ai pu bénéficier d'informations qui m'étaient relayées via la sentinelle aérienne. De la même façon, direz-vous, que si une connaissance passant par là vous communiquait par texto la présence d'un gros gibier se trouvant dans votre dos.

C'est vrai. À la différence suivante : sans délibérément chercher à diriger une couvée de dindons sauvages vers moi par la conduite du drone, le seul bruit des hélices a poussé les oiseaux en ma direction, à portée d'un fusil. L'un d'eux aurait fini dans mon assiette !

Dans une configuration semblable, le corridor de fuite d'un chevreuil ou d'un orignal aurait aussi pu être dans ma ligne de tir. Un chasseur pourrait donc retirer des avantages évidents du support d'un drone opéré à distance par un collaborateur.

Une complicité technologique qui va à l'encontre de l'éthique des sportifs et à laquelle s'objecte la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, heureuse que cette pratique soit interdite au Québec.

L'efficacité des drones et la qualité de leurs images font en sorte que c'est un joyeux passe-temps. Nous répéterions l'expérience une fois, cinq fois, dix fois, qu'on parviendrait sûrement à vous présenter des plans plus rapprochés, à mieux vous décrire les comportements.

« À condition de ne pas sous-estimer la méfiance de bêtes qui sont sur leur terrain et dont l'instinct de survie est plus développé que les talents de comédiens », relève René Couture, le nemrod d'expérience qui nous accueille sur son terrain.

Ce n'est effectivement pas du cinéma!

Partager

À lire aussi

  • La porte est bien verrouillée

    La Tribune

    La porte est bien verrouillée

    Observer des animaux sauvages à partir d'un drone pour son propre plaisir, pas de problème. En situation de chasse, cette pratique est toutefois... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer