• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Allégation d'agression sexuelle contre un député: Couillard veut une enquête 

Allégation d'agression sexuelle contre un député: Couillard veut une enquête

Philippe Couillard... (Archives Le Droit)

Agrandir

Philippe Couillard

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le gouvernement Couillard a été placé dans l'embarras jeudi, à la suite d'une allégation d'agression sexuelle qui met en cause un député libéral.

Le premier ministre Philippe Couillard a dit jeudi matin prendre la chose très au sérieux, lors d'une mêlée de presse, demandant aussitôt au whip du gouvernement, Stéphane Billette, de mener une enquête interne auprès des membres masculins du caucus libéral pour tenter de découvrir si ces allégations étaient fondées.

«Je veux qu'on fasse les vérifications», a dit le premier ministre, s'engageant à ce que chaque député libéral soit questionné à ce propos.

Mercredi soir, à l'Université Laval, lors d'un rassemblement en appui aux victimes d'agressions sexuelles survenues récemment dans une résidence de l'université, une jeune femme a pris la parole pour dénoncer une agression qu'elle dit avoir subie dans un restaurant de Québec durant l'été 2014, restaurant où elle avait été embauchée comme hôtesse.

Sur sa page Facebook, retirée depuis, la jeune femme a écrit que l'agresseur était un député libéral, mais elle ne le nomme pas.

Elle affirme que le député en question aurait exercé du chantage auprès d'elle pour qu'elle taise l'affaire, mais elle a tout de même porté plainte à la police un an plus tard. L'enquête policière n'aurait pas eu de suites, selon elle.

La jeune femme soutient avoir perdu son travail à cause de cette histoire, le député en question étant, selon ses dires, un vieil ami du patron du restaurant, qu'elle n'identifie pas non plus.

La plaignante affirme être marquée «pour la vie», tant physiquement que psychologiquement par ces événements.

«J'ai une fille et une petite-fille, et quand je vois ça, ça me renverse», a commenté M. Couillard, en ajoutant son souhait que les femmes se sentent en sécurité partout, et particulièrement sur les campus étudiants.

«Ce sujet n'est pas banalisé, il n'est pas tassé. Il est traité au plus haut niveau de priorité qu'il mérite», a assuré le premier ministre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer