Chirurgie esthétique: la demande pour la nymphoplastie en hausse

Même si un des panneaux publicitaires affichant les services de la Dre Élise... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Même si un des panneaux publicitaires affichant les services de la Dre Élise Bernier a disparu, le rajeunissement vaginal et la nymphoplastie, c'est-à-dire la réduction des petites ou grandes lèvres, font encore beaucoup jaser sur les médias sociaux.

Jacques Haddad... - image 1.0

Agrandir

Jacques Haddad

Alors que plusieurs ont appris l'existence de ces interventions par cette publicité, les chirurgiens esthétiques sont bien au fait de l'augmentation de leur popularité.

«Autrefois pratiquée exclusivement dans le milieu de la pornographie, aujourd'hui, la nymphoplastie connaît une hausse de popularité marquée, notamment chez les jeunes femmes», note le plasticien Jacques Haddad précisant que ces chirurgies sont pratiquées sur les organes génitaux pour améliorer leur apparence ou leur fonctionnalité.

«Plusieurs femmes ont recours à ce type de chirurgies pour des motifs physiques, soit des problèmes d'hygiène, une gêne lors de rapports sexuels, un inconfort lors de la pratique de sports comme le vélo ou la course ou un malaise lors du port de certains vêtements ou sous-vêtements. Aussi, l'esthétisme s'avère bien souvent une motivation en soi», ajoute le Dr Haddad.

«Selon plusieurs recherches, l'accessibilité au monde pornographique, l'avènement d'une société moins pudique et la mode de l'épilation intégrale sont les principaux facteurs expliquant le nombre grandissant de jeunes femmes qui optent pour ce type de chirurgies. Dans certains pays d'Amérique latine, certaines femmes se font également blanchir les lèvres».

La chirurgie intime, qui touche les organes génitaux chez les hommes comme chez les femmes, est offerte dans plusieurs cliniques de chirurgie plastique et esthétique.

«La chirurgie la plus pratiquée du côté des femmes est la nymphoplastie.»


Toutefois, elle demeure beaucoup plus populaire chez la femme, note Dr Haddad, puisque les changements au niveau des organes génitaux «sont importants» à la suite d'accouchements et avec la vieillesse.

«La chirurgie la plus pratiquée du côté des femmes est la nymphoplastie. La clientèle est assez jeune de ce côté. Pour ce qui est du raffermissement vaginal, cette intervention s'adresse aux femmes plus âgées qui ont vécu des accouchements ou dont les tissus vaginaux se sont relâchés», souligne le plasticien.

Ces chirurgies comportent des risques. À court terme, les principaux risquent sont les saignements et l'infection.

À plus long terme, une cicatrisation excessive peut causer des imperfections au niveau des régions traitées et donner naissance à des douleurs lors des relations sexuelles, note-t-on sur le site internet du Dr Haddad qui ajoute que l'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec «a émis des réserves et un avertissement» en ce qui a trait à cette pratique.

Aux États-Unis, le nombre de nymphoplasties a bondi de 44 pour cent de 2012 à 2013. C'est la plus forte croissance du secteur après les implants fessiers, selon l'American Society for Aesthetic Plastic Surgery

Aucune donnée semblable n'est disponible au Canada.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer