• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Développement à l'échelle internationale: les villes devront agir, dit Jacques Ménard 

Développement à l'échelle internationale: les villes devront agir, dit Jacques Ménard

Jacques Ménard...

Agrandir

Jacques Ménard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Le président et chef de la direction de BMO, Jacques Ménard, estime que le contexte économique a changé de façon importante au cours des dernières années et qu'il est maintenant l'affaire des municipalités de procéder au développement économique international.

« Avec les traités de libre-échange, la technologie et l'arrivée d'Internet, on est entré dans une nouvelle ère. L'un des changements fondamentaux entraînés par ce mouvement est la mondialisation qui est synonyme de métropolisation et d'urbanisation. Quand les gouvernements acceptent de moins contrôler l'économie pour faciliter le commerce, la concurrence ne se fait entre pays qui fixent des barrières, mais entre villes qui attirent des talents », suggère-t-il.

Le gestionnaire estime toutefois que les municipalités québécoises ne sont pas prêtes à faire face à ce nouveau défi et qu'elles n'ont pas la légitimité et les ressources pour bien accomplir leur mandat. Les gouvernements provinciaux et fédéraux devront ainsi accélérer leur effort de décentralisation, alors que les élus municipaux devront réfléchir plus sérieusement aux créneaux qu'ils entendent mettre de l'avant afin de tirer leur épingle du jeu à l'échelle planétaire.

« Nos municipalités doivent avoir des outils similaires à ceux dont disposent des municipalités comparables ailleurs au Canada et aux États-Unis. À l'heure actuelle, il y a des projets qui meurent dans l'attente de l'autorisation de Québec. Il y a des entrepreneurs qui se découragent parce qu'ils ne savent plus à quelle porte frapper, déplore-t-il. Qu'est-ce qui fait qu'un investisseur choisit Drummondville au lieu de Sault-Sainte-Marie ou Kelowna? Il faut être plus agile ».

Selon Jacques Ménard, cette nouvelle réalité n'exclut pas les autres paliers de gouvernement : au contraire, Québec et Ottawa devraient être appelés à jouer un rôle davantage stratégique et devraient appuyer ces gouvernements locaux qui, eux, deviennent le premier levier de l'action citoyenne.

Un projet de loi imminent

L'allocution de Jacques Ménard, prononcée à Drummondville dans le cadre du Forum sur le développement économique municipal par un positionnement international, a de quoi réjouir le président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Bernard Sévigny, qui attend d'ailleurs avec impatience le projet de loi du ministre des Affaires municipales Martin Coiteux sur l'autonomie municipale.

« L'heure est venue de voir grand, même à l'échelle internationale. Les solutions sont très locales et c'est à nous de les activer, dit-il. Il faut donner aux régions les leviers nécessaires à leur développement. Il faut qu'elles soient en mesure de se positionner, qu'elles aient les moyens d'assurer leur leadership ».

Le maire de Sherbrooke a, par ailleurs, annoncé la création d'un laboratoire d'idées de façon à réfléchir sur le rôle et les outils dont devraient bénéficier les municipalités afin d'agir convenablement à titre d'agent de développement économique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer