Salon du livre: ces mots que l'Estrie inspire

Même si l'histoire que raconte son plus récent... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Même si l'histoire que raconte son plus récent roman, L'heure sans ombre, ne se déroule pas en Estrie mais à Cuba, l'auteur Benoît Bouthillette a trouvé son inspiration à Compton, son village natal.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Avec ses multiples festivals et prix littéraires, on ne peut nier que l'Estrie réserve une place de choix à la littérature. Serait-ce parce que la région est une source d'inspiration intarissable pour les amoureux des mots? L'auteur comptonois Benoît Bouthillette vous répondrait assurément par l'affirmative.

Auteur à l'honneur de la deuxième journée du 38e Salon du livre de l'Estrie, Benoît Bouthillette présentait lors de l'événement son plus récent roman policier, L'heure sans ombre, publié aux Éditions Druide. Ce livre, l'écrivain en avait entamé l'écriture il y a une dizaine d'années, sans jamais parvenir à le terminer. C'est seulement lorsqu'il est revenu s'installer à Compton, là où il a grandi, que M. Bouthillette a enfin trouvé les mots pour achever son récit.

« Si je n'étais pas revenu à Compton, je n'aurais pas pu écrire L'heure sans ombre », affirme celui qui a d'ailleurs raflé le prix Tenebris (meilleur roman québécois de littérature noire) avec ce bouquin à la dernière édition des Printemps meurtriers.

« C'est vraiment la région, ses habitants, sa vivacité, cette façon de penser différente qui règne en Estrie qui m'ont permis de faire ça. L'Estrie, c'est une région de libres penseurs, de mixité, et ça, ça m'inspire. »

C'est à Compton - « le plus beau village du monde » aux dires de l'auteur - que Benoît Bouthillette a véritablement plongé dans l'écriture, à l'âge de 25 ans. Après avoir passé plusieurs années à Montréal, il est désormais plus entiché que jamais par sa terre natale, avec laquelle il est réuni depuis trois ans.

« J'ai passé mon enfance en Estrie, et c'était clair pour moi que j'allais revenir un jour, mais de voir l'accueil que les gens m'ont réservé à mon retour, c'était extraordinaire. (...) Quand je lis des textes sur moi et qu'on me qualifie d'auteur comptonois ou estrien, ça me remplit de fierté et ça me touche beaucoup. »

Sa conjointe, l'auteure Danielle Goyette, se réjouit elle aussi d'avoir rédigé sa plus récente nouvelle, un texte du collectif Aimer, encore et toujours, en admirant la nature de sa fenêtre.

« À Compton, où on demeure, le stress est moins stressant, dit-elle. Il y a un calme ambiant, de l'air pur, on entend le bruit du vent dans les arbres. On a retrouvé la sérénité. »

Le talent d'ici en lumière

Selon Benoît Bouthillette, le talent littéraire foisonne en Estrie. Et à voir les nombreux auteurs de la région qui étaient présents au Salon du livre vendredi - David Goudreault, André Jacques, Jocelyn Lanouette, Andrée A. Michaud, pour ne nommer que ceux-là -, force est de constater qu'il disait vrai.

« Il faut être fier de la littérature qui se fait au Québec, et encore plus en Estrie, parce qu'elle est exceptionnelle », soutient l'écrivain.

Non seulement le talent est-il abondant, mais les événements et les récompenses qui le mettent à l'honneur le sont également.

« Dans les Cantons-de-l'Est, on a les Printemps meurtriers de Knowlton, qui est un festival très prestigieux : on arrive à faire ici un festival littéraire que les Européens envient, mentionne l'auteur. Il y a aussi les Correspondances d'Eastman, une autre grande richesse régionale. »

Et évidemment, il y a le Salon du livre de l'Estrie, qui attire chaque année plus de 15 000 curieux. « C'est un super salon, parce que les gens qui viennent ici sont intéressés, ils aiment la culture, la discussion, ce qui se transmet », constate M. Bouthillette.

Si vous faites partie de ces passionnés de culture ou que vous souhaitez le devenir, vous avez jusqu'à dimanche pour visiter le 38e Salon du livre de l'Estrie au Centre de foires de Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer