Une voie de moins sur le pont Jacques-Cartier

La rue Denault servira de lien entre le... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

La rue Denault servira de lien entre le pont Jacques-Cartier et l'axe cyclable existant sur la rue Cabana. Vers le pont, à contresens sur Denault, une piste cyclable a été délimitée sur la chaussée. Vers la rue Cabana, cyclistes et automobilistes sont invités à partager la chaussée. Il s'agit d'un aménagement cycliste qui est techniquement permis, selon la Ville, et il offre suffisamment d'espace pour respecter la distance de 1,5 mètre avec les cyclistes.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) C'est à compter de jeudi qu'une voie sera enlevée aux automobilistes sur le pont Jacques-Cartier en direction sud (vers l'Université de Sherbrooke) pour faire place aux cyclistes.

Pour les besoins de ce projet pilote d'une durée d'un mois, la piste cyclable bidirectionnelle sera délimitée par des barils de construction orange et balisée par des panneaux de chantiers routiers.

Le tracé partira de la rue Denault pour se rendre jusqu'au nouveau feu de circulation à l'intersection de la rue Tracy. Les cyclistes seront ensuite dirigés vers le parc Jacques-Cartier, où ils devront descendre quelques marches pour rejoindre le futur axe vers la rue Marchand.

En comité plénier mardi soir, le chef de la division infrastructures de transport et de construction à la Ville de Sherbrooke, Jocelyn Grenier, a expliqué aux élus que les habitudes de déplacement des automobilistes sur le pont aux heures de pointe laissent penser que l'impact ne sera guère plus marqué que ce qui se vit sur le boulevard Jacques-Cartier Nord entre Prospect et Portland depuis qu'on a fusionné les deux voies pour aménager la piste cyclable.

Un comptage réalisé en période de pointe en avril dernier fait état de 8500 déplacements par jour en direction sud et de 9600 déplacements en direction nord sur le pont Jacques-Cartier. « Ces valeurs de débits sont susceptibles de générer quelques ralentissements en période de pointe, mais ne représentent pas une saturation de la capacité routière (du pont) », peut-on lire dans le sommaire décisionnel du projet.

Une caméra a néanmoins été installée pour suivre le débit d'automobiles au cours des prochaines semaines et ajuster le tir au besoin.

« La seule particularité, continue M. Grenier, c'est qu'à l'approche du feu de circulation (à la sortie du pont), la zone d'accumulation n'aura plus qu'une voie. Ça risque d'être le goulot d'étranglement pour l'attente et la congestion. »

Si c'est le cas, le chef de division entrevoit déjà deux solutions, soit d'adapter le cycle du feu de circulation ou d'aménager la voie cyclable à l'extérieur de la structure du pont à l'approche du feu pour redonner la deuxième voie aux automobilistes à la sortie du pont.

La conseillère Diane Delisle a montré un peu de scepticisme à l'égard du projet compte tenu du volume de circulation en croissance sur Jacques-Cartier Sud.

Ses collègues Christine Ouellet, Chantal L'Espérance et Hélène Dauphinais se sont montrés préoccupées notamment par les quelques marches à emprunter pour rejoindre le parc. À quoi il a été mentionné qu'une rampe d'accès pourrait éventuellement être aménagée si le projet pilote est concluant.

D'autres enfin ont questionné la pertinence de mener ce projet pilote en octobre-novembre, alors que les cyclistes sont probablement moins nombreux, le choix d'une piste bidirectionnelle et la courte durée de l'expérience.

Le projet pilote sera d'une durée maximale d'un mois. Les services municipaux prendront l'hiver pour analyser l'expérience et revenir avec une proposition permanente puisque le projet s'inscrit dans le cadre de l'adoption du Plan directeur du transport actif.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer