• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Glissades d'eau à Bromont : deux Sherbrookois risquent des poursuites 

Glissades d'eau à Bromont : deux Sherbrookois risquent des poursuites

Des grilles ont été installées il y a... (La Voix de l'Est)

Agrandir

Des grilles ont été installées il y a environ deux semaines devant les glissades d'eau La Torpille et L'Anguille au parc aquatique Bromont, montagne d'expériences afin d'éviter que d'autres cascadeurs profitent de la fermeture du site pour s'offrir des sensations fortes

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bromont) Deux Sherbrookois pourraient payer cher pour leur soif de sensations fortes après avoir dévalé à vive allure la glissade du parc aquatique La Torpille de Bromont, montagne d'expériences alors que le parc aquatique était fermé.

Simon Drouin et Martin Lacroix ont même filmé leurs prouesses dans le but de participer au GoPro Line of the World Contest.

Le vidéo, d'une durée de 42 secondes, a été tourné le 9 septembre en fin d'après-midi, soit une fois la saison terminée et après les heures d'ouverture du site. Outre La Torpille, ils ont répété l'exercice à une dizaine de reprises dans L'Anguille et la Rivière Congo.

La vidéo a été retirée de la chaîne YouTube le 7 octobre. Elle comptait alors plus de 550 000 vues au compteur. Leur cascade a toutefois été téléchargée sur divers pages Facebook, où elle continue de circuler. Plusieurs magazines de vélo ont également partagé la vidéo.

Rejoints par La Voix de l'Est, les deux Sherbrookois se défendent d'avoir commis quelque chose de mal, affirmant que rien n'a été brisé et que la glissade était accessible pour quelqu'un avec un minimum de motivation pour tenter la descente.

« Oui, c'était 100 pour cent illégal, on n'avait pas demandé la permission pour faire ça. Mais on n'a fait de mal à personne », s'est défendu Martin Lacroix au bout du fil, ajoutant que personne ne les a aperçus durant leurs multiples descentes.

« C'était juste pour avoir du plaisir, a pour sa part indiqué Simon Drouin dans un entretien sur Messenger avec l'auteur de ces lignes. Le vélo, c'est une question de fluidité. Et une glissade d'eau, c'est fait pour que l'eau s'écoule naturellement, donc ça offre un parcours naturellement fluide. On n'a absolument rien brisé ni pour entrer sur le site ni pour l'activité. »

Quoi qu'il en soit, les deux hommes se disent prêts à assumer les conséquences de leur acte. « S'il y a une amende, on va payer, mais il faut comprendre que ça n'a fait de mal à personne », disent-ils.

Recours

Les dirigeants du parc aquatique se réuniront cette semaine pour décider s'il y a lieu d'exercer des recours contre les deux casse-cou sherbrookois dans la mi-vingtaine.

« S'il y a des dommages, la facture leur sera certainement refilée. On voit des traces de pneu à plusieurs endroits. Reste à savoir si des dommages plus importants ont été causés », affirme Charles Désourdy, président de Bromont, montagne d'expériences, qualifiant le geste de méfait.

« C'est comme si tu me dis que t'as emprunté ma voiture sans me le dire, mais que tu ne l'as pas brisée. C'est décevant », ajoute-t-il.

Il déplore que la cascade ait été publicisée via les médias sociaux, mais se réjouit que les deux comparses disent regretter leur geste. « C'est ça dans la société d'aujourd'hui. Tu veux des likes sur Facebook, par exemple, mais tu ne réfléchis pas aux conséquences. Il faut utiliser le gros bon sens », lance le président de Bromont, montagne d'expériences.

L'entreprise devrait vraisemblablement resserrer l'accès à son attraction. « On va sûrement sécuriser le site de meilleure façon et adapter nos méthodes. Ce sera à l'étude au courant des prochaines semaines », précise Charles Désourdy.

Il ne sait pas encore si des poursuites seront entreprises contre les deux jeunes, précisant que les gestionnaires sont en réflexion sur la meilleure conséquence. « C'est certain que s'ils sont repentants, ça peut pencher dans la balance. Le but n'est pas d'en faire des exemples à tout prix. On fera peut-être des règlements plus sévères. On verra », indique M. Désourdy.

Ce dernier croit que c'est la première fois qu'un tel événement se produit. « Et on ne veut pas qu'ils aient donné l'idée à d'autres », ajoute-t-il.

Des grilles ont été installées il y a environ deux semaines devant les glissades d'eau La Torpille et L'Anguille. À l'avenir, Charles Désourdy croit qu'elles seront installées plus rapidement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer