• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Ouragan Matthew en Haïti : Wilson St-Jean craint le pire pour sa famille 

Ouragan Matthew en Haïti : Wilson St-Jean craint le pire pour sa famille

Haïtien d'origine, l'enseignant d'éducation physique à l'école secondaire... (Photo archives, La Tribune)

Agrandir

Haïtien d'origine, l'enseignant d'éducation physique à l'école secondaire La Montée de Sherbrooke Wilson St-Jean est sans nouvelle de sa famille depuis le passage de l'ouragan Matthew dans sa terre natale.

Photo archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Natif d'Haïti, Wilson St-Jean n'a reçu aucune nouvelle de sa famille depuis le passage destructeur de l'ouragan Matthew sur l'île des Caraïbes, qui a fait au moins 842 morts selon le plus récent bilan de la Direction de la protection civile haïtienne.

Après avoir perdu trois de ses frères et soeurs dans le séisme qui avait secoué son pays en janvier 2010, l'enseignant sherbrookois craint le pire.

« Je suis très inquiet : j'essaie de téléphoner et personne ne répond, raconte-t-il. Je voudrais envoyer de l'argent aux gens de ma famille, mais je ne sais pas comment les joindre. »

En plus de ses nombreux frères et soeurs, M. St-Jean a également plusieurs neveux et nièces qui habitent toujours en terre haïtienne.

« En 2010, ç'avait pris au moins une semaine avant que je reçoive des nouvelles, se souvient-il. Je ne pensais pas avoir à revivre de tels événements... Mais que veux-tu, parfois, la vie fait des choses et on ne peut rien y changer. »

L'ancien athlète du Vert et Or doute que la maison d'accueil qu'il a bâtie sur son propre terrain en 2013 pour loger des Sherbrookois en séjour humanitaire soit toujours debout. C'est que la résidence est située sur le bord de la mer à Jérémie, la capitale du département méridional de Grande' Anse, là où Matthew a rasé 80 pour cent des bâtiments.

« Cette petite maison d'accueil servait aussi d'entrepôt pour les matériaux dont nous aurons besoin pour ériger La Maison des jeunes Le Passage, explique Wilson St-Jean. J'espère qu'elle n'a pas été détruite, mais je n'ai aucune information. »

La Maison des jeunes Le Passage

Car en février prochain, M. St-Jean avait prévu se rendre à Jérémie pour entamer la construction d'une maison des jeunes, qui recevrait des Haïtiens et Haïtiennes de 12 à 18 ans dans le besoin. Pour l'instant, le Sherbrookois entend toujours respecter ce plan, malgré la possible destruction de sa maison d'accueil.

« Les gens vont avoir encore plus besoin d'aide à cause de l'ouragan, alors c'est sûr que je vais y aller quand même en février », fait-il remarquer.

« Grâce à la maison des jeunes qu'on veut construire juste à côté de la petite maison d'accueil, on va pouvoir accueillir au moins dix jeunes qui vivent dans la rue, les loger, les nourrir et leur offrir une formation, que ce soit en plomberie, en soudure, en maçonnerie, etc. Et puis les autres jeunes de Jérémie vont pouvoir venir suivre des formations aussi. »

Si la maison d'accueil est demeurée intacte après l'ouragan, Wilson St-Jean aimerait également y ajouter un deuxième étage, qui deviendrait un magasin général entièrement géré par les jeunes.

« Quand ma grand-mère m'a envoyé ici à l'âge de 12 ans pour pouvoir étudier, elle m'avait dit : quand tu vas finir tes études, il faut que tu reviennes pour aider, pour redonner ce que je t'ai donné. Alors c'est ce que j'essaie de faire », mentionne humblement le Sherbrookois.

Pour réaliser son projet de maison des jeunes, M. St-Jean et l'organisme qu'il a créé, La Corporation maison des jeunes Le Passage, estiment devoir amasser environ 200 000 $. Pour faire un don et soutenir cette initiative, on se rend sur le lepassage-haiti.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer