Le 3IT de l'UdeS ouvre ses portes sur ses innovations

Richard-Alexandre Péloquin était l'un des étudiants de l'Université... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Richard-Alexandre Péloquin était l'un des étudiants de l'Université de Sherbrooke présents aux portes ouvertes du 3IT pour expliquer leurs projets.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le 3IT de l'Université de Sherbrooke a ouvert ses portes, jeudi, au grand public pour faire connaître les nombreux projets développés par les étudiants et chercheurs de l'Institut interdisciplinaire d'innovation technologique. En tout, une vingtaine de projets étaient expliqués, souvent avec démonstration à l'appui, aux visiteurs curieux d'en apprendre davantage sur le monde de l'innovation et des découvertes.

Le doctorant François Grondin était parmi les chercheurs passionnés présents pour l'événement. Dans le laboratoire Introlab, il travaille au développement de la matrice de microphones RENARD (Réseau embarqué de noeuds acoustiques pour la reconnaissance de drones), une invention qui permettra de régler, notamment, la problématique engendrée par la présence de drones dans des zones de vol non autorisées, par exemple à proximité des centres correctionnels où les drones sont souvent utilisés pour faire parvenir des colis suspects aux détenus.

« En résumé, l'appareil sert à estimer la direction d'arrivée du son. En fait, c'est une antenne acoustique. Lorsqu'un drone est en vol, les hélices produisent un son assez important et l'appareil pourra donc savoir de quelle direction provient le bruit et déterminer la position potentielle du drone. L'appareil saura différencier le bruit du drone et, par exemple, celui d'un oiseau. Il a aussi l'avantage de fonctionner la nuit et dans le brouillard contrairement au système de caméras qui est présentement utilisé dans les centres correctionnels », explique l'ingénieur électrique.

Le robot collaboratif Baxter figurait aussi sur la liste des projets technologiques innovants qui ont été présentés au grand public par le biais de visite guidée. Le finissant en génie électrique Tristan Crossman travaille sur le projet depuis 2014.

« La particularité de ce robot est que ses critères de sécurité lui permettent de travailler avec des gens dans son environnement alors que les robots industriels classiques travaillent seuls dans une cage. Baxter est un robot qui créé une collaboration entre les humains et les robots et allie le savoir-faire des deux. Le robot a une grande capacité d'exécution, il n'est jamais fatigué alors que l'humain a l'intelligence et la capacité de réflexion » explique le finissant précisant que Baxter est moins rapide et a une charge maximale moins élevée que les robots industriels classiques, mais qu'il est aussi beaucoup moins dispendieux.

Le robot est utilisé dans le secteur industriel et aussi en recherche universitaire.

Un événement portes ouvertes dans un tel centre est assez rare puisqu'il permet au grand public de visiter des locaux qui sont habituellement réservés essentiellement à la recherche et au développement. Plusieurs étudiants du Cécep, de l'UdeS et partenaires du 3IT ont participé à l'activité.

Ottawa investit 2,8 M$ au 3IT

À l'occasion de la Journée portes ouvertes 2016 au 3IT, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC), Navdeep Bains, a annoncé qu'une aide financière de 2 824 960 $ a été accordée à l'Université de Sherbrooke afin que l'Institut acquière de l'équipement qui lui permettra de se doter de nouvelles capacités de transfert de technologies et de connaissances, notamment pour les secteurs de la microélectronique, des télécommunications, de l'énergie, du transport terrestre, de l'aérospatiale et du multimédia.

L'aide financière, consentie sous forme de contribution non remboursable en vertu du Programme de développement économique du Québec (PDEQ) de DEC, permet au 3IT d'offrir de nouveaux services spécialisés pour la recherche appliquée qui aideront les PME québécoises de divers secteurs d'activités à accélérer le développement de leurs produits et procédés innovants.

« Le gouvernement du Canada est résolu à soutenir l'innovation et à en faire valoir le rôle qui est, bien sûr, d'encourager les nouveaux investissements et la croissance économique de demain. En appuyant le projet du 3IT, nous permettons le développement de technologies et de procédés novateurs dont bénéficieront les entreprises du Québec », note Navdeep Bains, ministre responsable de DEC.

D'ici mars 2018, le 3IT sera en mesure de transmettre des connaissances à une centaine de PME, dont plus de 20 entreprendront des projets en recherche et développement (R&D), afin d'augmenter leur compétitivité. Pendant cette même période, près de 75 étudiants universitaires participeront aux projets de R&D, ce qui créera un bassin de main-d'oeuvre hautement spécialisée pour les entreprises de plusieurs secteurs industriels au Québec.

« À l'Institut interdisciplinaire d'innovation technologie (3IT), des scientifiques et des industriels travaillent de concert grâce à une infrastructure à la fine pointe de la technologie », souligne Richard Arès, directeur général du 3IT.

« Sont ainsi réunies sous un même toit, toutes les composantes d'une chaîne complète d'innovation unique en Amérique du Nord, depuis la conception jusqu'à la valorisation, avec pour objectif de produire des bénéfices concrets pour les partenaires. La contribution de DEC nous permet de continuer à être un moteur et une vitrine des pratiques innovantes de la recherche universitaire et industrielle, socialement et économiquement responsables. »

En soutenant la mise en place d'installations d'apprentissage, de recherche et de fabrication ultramodernes, le gouvernement du Canada souhaite permettre aux entreprises d'avoir accès à des ressources de pointe qui les aident à commercialiser leurs produits plus rapidement.

De telles institutions visent également l'émergence de la nouvelle génération d'innovateurs et d'entrepreneurs, ce qui permet à l'économie canadienne de demeurer concurrentielle sur les marchés mondiaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer