• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Élargissement du trottoir sur Portland : la Ville ne voyait aucune autre solution 

Élargissement du trottoir sur Portland : la Ville ne voyait aucune autre solution

La Ville a choisi d'élargir le trottoir du... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

La Ville a choisi d'élargir le trottoir du boulevard de Portland sur le viaduc enjambant l'autoroute 410 pour faire circuler les cyclistes.

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'élargissement du trottoir du boulevard de Portland, sur le viaduc enjambant l'autoroute 410, était-il la solution la moins coûteuse et la plus sécuritaire pour les cyclistes circulant à cet endroit? Contrôler les bretelles menant sur le boulevard de Portland et le boulevard Industriel à l'aide de feux de circulation n'aurait-il pas permis de réaliser des économies?

Pas si on en croit les propos de Caroline Gravel, directrice au Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke. « La première chose que nous avons évaluée, c'est le nombre d'entrées charretières. Il y en a moins du côté du Carrefour. Nous ne voulons pas faire transférer les cyclistes d'un côté à l'autre du boulevard de Portland non plus, parce que de toute façon, ils chercheront toujours la ligne droite. Pour les piétons, ce serait aussi très dangereux. »

La possibilité d'enlever les bretelles permettant le virage à droite, en provenance de l'autoroute 410 et en direction du boulevard Industriel, a aussi été étudiée. « Une intersection contrôlée uniquement par des feux de circulation ne serait pas suffisante pour gérer le trafic. Si on ajoutait une piste cyclable avec des feux piétons qui permettaient de traverser en toute sécurité, on créerait des bouchons monstres jusque sur l'autoroute. Avec tout ça, nous avons choisi une piste du côté sud. »

Pourquoi la circulation des cyclistes est-elle dangereuse dans les bretelles d'autoroute alors qu'on demandera justement à ces mêmes cyclistes de traverser des carrefours giratoires sur le futur boulevard René-Lévesque? Des cyclistes doivent aussi traverser des carrefours giratoires sur le chemin Sainte-Catherine.

« Ce n'est pas la solution idéale, mais le flot de circulation sur la rue Jean-Paul-Perrault est beaucoup plus élevé que ce que nous anticipons sur le boulevard René-Lévesque. Si nous mettons un feu de circulation et que nous enlevons la bretelle, il faudra investir plusieurs centaines de milliers de dollars. En fin de compte, on arriverait avec les mêmes dépenses, en ajoutant un problème sur l'autoroute. Nous essayons toujours de choisir le côté où il y a le moins d'éléments problématiques. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer