Course en rose pour une avenir sans cancer du sein

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Pour une septième année, plus de 900 participants vêtus de rose ont marché et couru autour du parc Jacques-Cartier dimanche en l'honneur des femmes atteintes d'un cancer du sein et des survivantes, dans le cadre de la Course à la vie CIBC.

Plus importante activité nationale de collecte de fonds d'une journée en appui à la création d'un avenir sans cancer du sein, la Course à la vie CIBC permet d'amasser annuellement environ deux millions de dollars à travers la province. Cette année, seulement à Sherbrooke, c'est plus de 140 680 $ qui ont été collectés.

« Cette course-là, c'est LA course de l'année à Sherbrooke. C'est un hommage à toutes les survivantes du cancer, que j'ai rebaptisées aujourd'hui « les vivantes ». Je leur ai dit d'entrée de jeu : vous savez mieux que quiconque apprécier les petits bonheurs quotidiens, que nous, on a tendance à oublier et à prendre pour acquis parce qu'on a la santé », soulignait la journaliste de TVA Sherbrooke et porte-parole de l'événement Josée Cloutier.

« C'est la deuxième année qu'on me demande d'être porte-parole, et je trouve que c'est un privilège de m'impliquer pour une cause comme ça, a-t-elle ajouté. Parce qu'au quotidien, comme journaliste, on demande aux gens de se livrer, de se confier et de faire avancer les débats de société. Alors aujourd'hui, c'est à mon tour de redonner à ma communauté. »

À la ligne d'arrivée, le nombre de kilomètres parcourus importait peu : les participants se serraient dans leurs bras, à la fois heureux de s'être dépassés pour une bonne cause et émus de penser à toutes celles qui ont eu à affronter ou qui luttent actuellement contre un cancer du sein.

Pour Aline Saint-Sauveur, qui venait de marcher cinq kilomètres en arborant une jolie perruque rose, la journée portait une signification toute particulière.

« L'amie de ma fille a un cancer du sein à 28 ans. Alors ça nous touche beaucoup, toute la gang. On est là pour elle », est-elle parvenue à prononcer entre deux sanglots.

Jusqu'au bout de soi-même

L'ambassadrice de l'événement et survivante du cancer Patricia Plante était elle aussi grandement touchée par ce rassemblement.

« Habituellement, je suis quelqu'un d'assez stoïque, mais j'avoue que j'ai versé une petite larme aujourd'hui lors de l'envolée de lanternes, parce que je me disais qu'il y en avait beaucoup trop. Il ne devrait pas y avoir autant de personnes qui souffrent du cancer », mentionnait-elle.

Ayant combattu un cancer du sein à l'âge de 30 ans en 2013, alors que sa petite fille n'avait qu'un an et demi, Mme Plante a dû faire preuve de courage et de détermination pour traverser cette épreuve, tout comme les coureurs qui ont repoussé leurs limites dimanche.

« Quand les participants arrivent à la fin de la course, on voit qu'ils ont tout donné, qu'ils sont allés jusqu'au bout d'eux-mêmes, et c'est comme ça que je me sentais après mes traitements de chimio, a-t-elle confié. La satisfaction de ne pas avoir lâché que j'ai vu dans le visage des gens aujourd'hui, ça m'a rappelé ce que je ressentais moi aussi quand j'ai passé au travers de mon cancer. »

Environ 10 000 personnes ont participé à l'évènement qui se tenait simultanément dans quatre villes du Québec, soit Sherbrooke, Val-d'Or, Montréal et Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer