Un conciliateur pour les cols bleus ?

Les négociations se poursuivent entre les cols bleus... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les négociations se poursuivent entre les cols bleus et la Ville de Sherbrooke en ce qui concerne le renouvellement de la convention collective.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les négociations se poursuivent entre les cols bleus et la Ville de Sherbrooke en ce qui concerne le renouvellement de la convention collective. S'il reste encore quelques dates de discussions, la possibilité de recourir à un conciliateur a été évoquée.

« Je ne dirai pas que nous n'avons pas parlé de conciliateur, mais il nous reste quatre dates pour des rencontres avec la Ville, dont une vendredi (aujourd'hui). Nous avançons. Si la Ville a une certaine ouverture, il est certain que nous voulons nous rassoir et négocier. C'est ce que nous préconisons. Si nous ne nous entendons pas, que nous arrivons dans un cul-de-sac, nous ferons appel au conciliateur », explique Mario Bernard, représentant du syndicat des cols bleus de la Ville de Sherbrooke.

Oui, un conciliateur a été identifié. « Mais nous mettons cette possibilité en attente. Il y a encore place à la discussion. Il y a eu une fuite à propos du conciliateur, parce que nous avions décidé de ne pas en parler. Le comité de négociation veut aller aux rencontres qu'il reste. »

Selon M. Bernard, les négociations se déroulent bien. « La chicane n'est pas prise. Nous nous parlons encore. L'humeur est bonne et nous ne sommes pas à couteaux tirés. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer