Trump n'a « mathématiquement aucune chance»

Donald Trump... (Photo AP)

Agrandir

Donald Trump

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ceux qui craignent de voir les républicains, et particulièrement Donald Trump, prendre le pouvoir lors des prochaines élections américaines peuvent être rassurés, ce dernier n'a « mathématiquement aucune chance d'y arriver ».

C'est ce que soutient le spécialiste de la politique étrangère américaine Gilles Vandal, qui croit que la composition de l'électorat aux États-Unis nuit aux républicains. Celui qui signe une chronique régulière depuis huit ans dans La Tribune pour commenter la politique américaine a été nommé professeur émérite lors de la dernière collation des grades de l'UdeS et il préfère clairement s'étendre sur son sujet de prédilection que sur ses réalisations.

« Normalement, s'il n'y a pas d'anicroches, Hillary Clinton va l'emporter. C'est mathématique, tout simplement. »

« Chaque quatre ans, l'électorat blanc baisse de 1 % à 2 %. En 2042, les États-Unis cesseront d'être un white country. Les Blancs deviendront minoritaires. Trump a peut-être 7 % de soutien chez les Noirs à l'heure actuelle et Barack Obama va sortir énormément au mois d'octobre pour faire sortir le vote pour les démocrates. Mme Clinton a certainement le tiers du vote blanc et en 2012, le républicain Mitt Romney a eu 59 % du vote blanc et il n'a pas gagné alors qu'en 1988, George Bush a gagné fortement avec le même ratio. »

«Devenir professeur émérite, c'est la reconnaissance de toutes les réalisations qu'on a pu faire au niveau de la recherche.»


Avant de se spécialiser dans la politique étrangère américaine, c'est en histoire que Gilles Vandal a amorcé sa carrière à l'UdeS. En près de 40 ans entre 1978 et 2015, il a notamment contribué à la création de neuf programmes d'études et à la mise en place de l'École de politique appliquée.

« Devenir professeur émérite, c'est la reconnaissance de toutes les réalisations qu'on a pu faire au niveau de la recherche, proche des étudiants et en ce qui concerne le développement », se réjouit-il tout de même.

Outre M. Vandal, Nicole Gallo-Payet, en médecine et sciences de la santé, et Georges-B. Lemieux, en sciences de l'activité physique, ont également été nommés professeurs émérites de l'UdeS.

R. Edward Freeman a quant à lui reçu un doctorat honoris causa en raison de son influence déterminante sur l'établissement d'une alternative socialement responsable au modèle économique dominant, dans lequel les entreprises et leurs gestionnaires sont strictement redevables de leurs décisions envers les actionnaires. VoiceAge et Sipro Lab Telecom, qui coordonnent les activités de développement et de commercialisation de la plate-forme technologique générique ACELP, se sont vu remettre l'honneur « Grande distinction en génie ».

Rappelons que grâce à ses travaux dans le domaine de l'encodage numérique de la voix, le Groupe de recherche sur la parole et l'audio de la faculté de génie de l'UdeS a pu déposer en 1989 le premier brevet lié à la technologie générique ACELP que l'on retrouve dans 95 % des téléphones cellulaires dans le monde.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer