Pour des lendemains d'opération plus heureux

Professeure et chercheuse à l'Université de Sherbrooke, Mélanie... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Professeure et chercheuse à l'Université de Sherbrooke, Mélanie Morin mène avec ses collègues une étude pour tester l'efficacité de traitements de physiothérapie auprès de femmes ayant survécu à un cancer gynécologique et qui ont des douleurs sexuelles. Un autre volet s'intéressera aux femmes qui doivent composer avec l'incontinence urinaire après avoir combattu ce type de cancer.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le sujet est tabou. Après avoir survécu à un cancer gynécologique, bon nombre de femmes souffrent de douleurs lors des relations sexuelles. Bien souvent, ces femmes sont tellement heureuses d'être encore en vie qu'elles n'osent parler de cette problématique à leur médecin de famille, souligne la professeure et chercheuse de l'Université de Sherbrooke Mélanie Morin. Elle mène une étude qui permettrait d'offrir des traitements de physiothérapie aux femmes qui vivent avec ces conséquences.

Les chercheurs s'intéressent également à l'incontinence urinaire, un autre impact qui survient souvent après un cancer gynécologique.

« Dans un premier temps (après le diagnostic), on va faire une ablation. Ça peut faire des lésions nerveuses. Les patientes auront d'abord une chirurgie et, ensuite, selon la gravité, elles peuvent recevoir des traitements de curiethérapie, de radiothérapie et de chimiothérapie. Les femmes vont développer de la douleur et de l'incontinence urinaire. Autour de 60 % des femmes (survivantes d'un cancer gynécologique) développeront ces problématiques. » Les patientes composent alors avec l'un ou l'autre des problèmes, parfois même les deux. Les causes sont multiples; on compte notamment les traitements qui ont pu endommager des nerfs.

Les cancers gynécologiques regroupent différents types de cancer comme celui du col de l'utérus et des ovaires.

« Ce qui est dommage, c'est qu'elles se font traiter. Ensuite, elles sont délaissées », note Dre Morin, aussi chercheuse au laboratoire de recherche en urogynécologie de l'UdeS, au Centre de recherche du CHUS.

Impacts bien réels

Les douleurs sexuelles et l'incontinence urinaire sont déjà taboues et il semble que les femmes n'osent pas en parler parce qu'elles ne veulent pas avoir l'air de se plaindre après avoir survécu à un cancer.

Or, les impacts, eux, sont bel et bien réels. Des femmes vont s'empêcher de participer à des activités en public de peur d'avoir des problèmes d'incontinence. Quant aux douleurs sexuelles, elles ont un impact important sur la vie de couple. « Elles vont éviter les relations sexuelles, le conjoint va s'en trouver affecté. » Ces contextes sont liés à de l'anxiété, voire la dépression.

Peu de traitements sont disponibles en ce moment pour aider ces femmes. « Je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas beaucoup d'études qui supportaient les traitements, explique Dre Morin.

On vient de compléter une étude sur l'efficacité de la physiothérapie chez les femmes qui ont des douleurs sexuelles. Pourquoi ne pas adapter le traitement aux femmes qui ont survécu au cancer? » lance Dre Morin. L'objectif est d'évaluer l'efficacité des traitements de physiothérapie, offerts gratuitement pendant la recherche.

Actuellement, les traitements disponibles sont davantage offerts au privé. « Pour les promouvoir et les offrir davantage dans les milieux hospitaliers, il faut donner une évidence que ça fonctionne », explique-t-elle.

L'étude menée à Sherbrooke et Montréal est prise en charge par Mme Morin, Dre Chantale Dumoulin, ainsi que les Drs Paul Bessette et Walter Gotlieb.

L'équipe est à la recherche de femmes ayant eu des cancers gynécologiques et qui souffrent de douleurs sexuelles, de même que des problèmes d'incontinence urinaire.

Les personnes intéressées à participer à la recherche peuvent contacter Marie-Soleil Carroll, au 819 346-1110, poste 18439.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer