Une année «prometteuse  dans les vignobles

Jean-Paul Scieur, copropriétaire du Cep d'Argent de Magog,... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Jean-Paul Scieur, copropriétaire du Cep d'Argent de Magog, exhibe quelques-unes des nombreuses grappes qui feront l'objet de vendanges à compter de la semaine prochaine.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Grâce à un été chaud qui a littéralement fait exploser les vignes, les vendanges 2016 s'annoncent « prometteuses » tant sur le plan de la quantité que de la qualité du raisin, indique-t-on dans les différents vignobles de la région.

Au Cep d'argent de Magog, par exemple, on prévoit amorcer les vendanges une semaine plus tôt que prévu, soit le 26 septembre, plutôt qu'au début du mois d'octobre, tellement les raisins sont gorgés et prêts à être cueillis.

« Il y a du raisin partout cette année, ça n'a pas d'allure », décrit avec enthousiasme François Scieur, copropriétaire du vignoble avec son frère Jean-Paul, et originaires tous les deux de la Champagne.

Outre la quantité, M. Scieur parle d'une qualité de raisin « phénoménale » par rapport à celle qui a mené à la production de la cuvée 2015.

« Comme on a eu beaucoup de soleil, les raisins ont eu le temps de se gorger de sucre après la maturation, dit-il. Cela nous a donné une qualité de raisin phénoménale qui va nous permettre de bien travailler au niveau de l'élaboration», prévoit François Scieur dont la famille en est à sa sixième génération de vignerons.

Si tout se déroule comme prévu, M. Scieur estime que les quelque 60 000 plants issus de huit différents cépages pourraient permettre au vignoble de produire quelque 80 000 bouteilles cette année.

Vallons de Wadleigh

À Ulverton, le vignoble les Vallons de Wadleigh s'achemine lui aussi vers une année record depuis son ouverture, il y a quatre ans, explique Paul Gagnon, chargé du service à la clientèle.

« Cette année, on devrait produire environ 14 000 bouteilles par rapport aux 12 000 de l'an dernier », estime M. Gagnon en faisant référence aux trois principaux vins (rouge, blanc et rosé) que produisent les 16 000 vignes plantées sur le coteau du domaine situé dans la vallée de la Saint-François, le long de la route 143.

Là aussi, la quantité de raisins est plus abondante et plus concentrée que par les années passées, indique M. Gagnon, ce qui aura une incidence positive sur l'élaboration de la cuvée 2016.

« Comme le taux de sucre des raisins sera plus élevé cette année, cela va nous permettre de pouvoir produire des vins avec un taux d'alcool un plus élevé, jusqu'à 13 % », estime M. Gagnon.

Les Vallons de Wadleigh prévoit entreprendre ses vendanges autour de la fête de l'Action de grâce ou au plus tard à la mi-octobre.

Jocelyn Verville et sa conjointe, Diane Levasseur, ont... (La Tribune, Yanick Poisson) - image 2.0

Agrandir

Jocelyn Verville et sa conjointe, Diane Levasseur, ont créé deux vins faits à partir de la fermentation du sirop d'érable.

La Tribune, Yanick Poisson

Du vin fabriqué à partir de sirop d'érable

Pas toujours commode de faire pousser le raisin au Québec. Le climat froid et les hivers rigoureux rendent l'aventure périlleuse. Qu'à cela ne tienne, un producteur acéricole de Saint-Rémi-de-Tingwick est parvenu à créer deux vins à partir de sirop d'érable et le résultat est... étonnant.

Amateur de vin de longue date, Jocelyn Verville du Domaine la Josiane s'est « amusé » à concevoir des vins à partir de concentrés pendant plus de dix ans avant d'avoir l'idée de remplacer le raisin par du sirop d'érable, ressource qu'il avait à profusion.

« Je me suis dit qu'on pourrait sûrement faire quelque chose d'intéressant à partir de notre sirop. J'ai essayé avec de l'eau, du réduit et du sirop d'érable, je faisais toutes sortes d'essais et beaucoup d'erreurs, ça ne marchait pas. Ça donnait du bon vinaigre», rigole-t-il.

Persévérant, il a alors modifié la recette, changé les levures et à un certain moment, il a fait mouche. Le sirop d'érable s'est mis à fermenter convenablement. Il a fait les premiers tests d'embouteillage et a rencontré l'oenologue Jean-Paul Martin de North Hatley qui lui a confirmé qu'il était sur la bonne voie.

Convaincus qu'ils avaient un vin de qualité, susceptible d'intéresser les gens, M. Verville et sa conjointe, Diane Levasseur, ont procédé à des demandes de permis d'aménagement, ainsi qu'à l'achat de cuves en inox et de l'équipement d'embouteillage. On évalue l'investissement à 50 000 $.

Profitant des précieux conseils de M. Martin, M. Verville a conçu ses deux premiers vins, le Printanier et l'Adrienne, qui ressemblent étrangement, tant en ce qui a trait à la robe qu'en bouche, aux bons vins européens, fait-il valoir.

« Le Printanier est un vin blanc demi-sec à 13 % d'alcool avec des notes florales quelque peu vanillées. Sa robe est très claire, légèrement dorée. En bouche, il dégage une sensation de légèreté marquée par un bel équilibre sucre et acidité. À l'aveugle, on pourrait presque croire un Pino Grillo », peut-on lire dans le communiqué de lancement.

 « L'Adrienne, nommé ainsi en l'honneur de la mère de M. Verville, est un vin blanc demi-doux à 12 % d'alcool. Sa robe est dorée et, à l'oeil, on devine qu'il est plus dense que le premier. Il offre une note plus prononcée de sucre et de vanille, rapidement supportée par une touche de pâte à pain et de foin sec », ajoute-t-on.

À la Balade gourmande

D'un premier élan, le Domaine de la Josiane a conçu un premier lot de 2000 bouteilles (1000 de chaque sorte) qu'il rendra disponible dans le cadre de la Balade gourmande, les deux premiers week-ends d'octobre. Leurs installations actuelles leur permettent de produire 6000 bouteilles annuellement.

« Puisque nous avons du sirop d'érable en grande quantité, il serait possible d'ajouter d'autres cuves et d'augmenter facilement notre production », précise M. Verville.

Si les deux premiers vins connaissent les succès espérés, il faut s'attendre à ce que le couple en ajoute à la gamme et qu'il annonce rapidement l'agrandissement de leurs installations. Avec Yanick Poisson

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer