Enfant abandonné sur un coin de rue: «Un malheureux malentendu»

Le petit Koolthert avait été abandonné sur un... (Collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Le petit Koolthert avait été abandonné sur un coin d'une rue à Drummondville.

Collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Selon le directeur des communications à la Commission scolaire des Chênes (CSDC), Bernard Gauthier, c'est une erreur administrative qui a fait en sorte que le petit Koolthert s'est retrouvé, laissé à lui-même sur le coin d'une rue, lundi en fin de journée.

« Il s'agit d'un malheureux malentendu. L'enfant n'était pas inscrit au service de garde et comme sa mère n'était pas venue le chercher, il s'est retrouvé avec une carte d'autobus dans le cou. Il est monté à bord et le chauffeur a fait son travail en le laissant à l'endroit prévu. Il s'agissait d'un endroit sécuritaire », assure M. Gauthier.

Ce dernier estime qu'il y a eu une modification dans la fréquentation de l'enfant au service de garde, mais que celle-ci n'a pas été enregistrée. Il refuse de jeter le blâme sur qui que ce soit. Il n'y aurait d'ailleurs aucune consigne voulant que le conducteur du bus ne dépose pas un enfant de maternelle si ses parents ne sont pas présents au point de rendez-vous.

« On a fait le point et on va s'assurer que ça ne se reproduise pas. On comprend que la dame a pu vivre de l'inquiétude, mais ce n'est pas de la mauvaise foi », ajoute-t-il.

Le directeur explique que la direction de l'école Pie X de Drummondville, où a eu lieu la bévue, est intervenue rapidement afin de réconforter la maman et de cibler rapidement où se trouvait l'enfant. La directrice a d'ailleurs utilisé son véhicule personnel afin de s'assurer que le petit Koolthert se portait bien. Il semble que cette situation soit un cas d'espèce, mais possible, surtout en début d'année scolaire.

« C'est la première fois en dix ans qu'on me rapporte une telle histoire. C'est grave et on ne lésine pas afin d'éviter que ça arrive. C'est malheureusement le genre de situation qui peut se produire en début d'année, on a de nouveaux élèves et des consignes particulières pour chacun. Heureusement, il n'y a pas de conséquence fâcheuse et nous sommes intervenus rapidement afin de s'assurer que l'enfant se porte bien », conclut-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer