Maladies pulmonaires: l'avenir est aux télésoins

Sonia Quirion, coordonnatrice du Centre de coordination de... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Sonia Quirion, coordonnatrice du Centre de coordination de la télé santé du CIUSSS-CHUS, et Lyne Cardinal, directrice des services généraux au CIUSSS-CHUS, ont lancé officiellement le nouveau service TSD-MPOC.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les personnes atteintes d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) sont invitées à s'inscrire à un service de télésoins à domicile (TSD).

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie - CHUS) annonce que pour la première fois en Estrie, l'enseignement et l'assistance à distance sont offerts grâce à une application internet reliant une équipe d'inhalothérapeutes à des usagers se trouvant dans le confort de leur foyer.

Ayant fait l'objet d'un projet-pilote, les TSD ont pour objectifs d'aider les personnes atteintes d'une MPOC à mieux connaître et gérer leur maladie pour prévenir les aggravations et apprendre à consulter au bon moment afin de maintenir la meilleure qualité de vie possible.

À partir d'ordinateur personnel ou d'une tablette, l'usager répond à un court questionnaire qui permet à une équipe d'inhalothérapeutes de suivre sa situation à distance et presque instantanément. Au besoin, les inhalothérapeutes peuvent communiquer avec l'usager par téléphone ou par messagerie texte.

Les gens n'ayant pas d'appareil pour le faire peuvent recevoir une tablette qui lui est prêtée gratuitement et livrée chez lui. L'usager et ses proches ont aussi accès à une « bibliothèque santé virtuelle » mettant de l'avant des capsules éducatives.

Afin d'apprécier les retombées des TSD-MPOC, une évaluation de service a été entreprise en collaboration avec Nathalie Houlfort, professeure chercheuse au département de psychologie à l'Université du Québec à Montréal. Les résultats préliminaires de l'étude font ressortir une tendance voulant que les usagers soient moins hospitalisés et visitent moins l'urgence pendant leur stage

qu'avant leur suivi au service de TSD-MPOC. On remarque aussi une augmentation de la motivation des usagers pour l'autogestion de leur maladie, confirme la coordonnatrice du projet Sonia Quirion,

« Nous pouvons éviter une aggravation de la maladie, dit-elle. Nous pouvons poser les bons gestes au bon moment. »

« En plus, les gens deviennent plus compétents pour reconnaître les symptômes de leur maladie. »

Pour être référées au service de TSD-MPOC, les personnes intéressées peuvent en parler à leur médecin ou à un professionnel de la santé.

« Cette étude nous permet de constater que le service est aligné sur les objectifs et qu'il semble conduire aux résultats escomptés », affirme Lyne Cardinal, directrice des services

généraux au CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

« Les résultats sont très encourageants et permettent de croire que le service de télésoins à domicile pourrait être étendu à d'autres maladies chroniques. »

On estime à 9000 le nombre de personnes souffrant d'une maladie pulmonaire obstructive chronique sur le territoire du CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

Invité à parler de son cas, André Roy a pu témoigner de son expérience de télésoins. Selon lui, les gens peu habitués avec la technologie n'ont pas à craindre de se servir des outils du TDS.

« Ma qualité de vie a beaucoup changé. Quand j'ai un épisode de grippe, par exemple, je peux consulter tout de suite l'application. Nous pouvons trouver une solution rapidement », explique-t-il.

« Je n'ai pas à attendre deux semaines et à trainer la maladie bien longtemps. »

La maladie pulmonaire obstructive chronique est par l'essoufflement, la toux chronique et la production accrue de sécrétions. La MPOC est un terme commun à plusieurs maladies, dont la bronchite chronique et l'emphysème. En Estrie, cette maladie touche près de 20 % des personnes de 65 ans et plus.

De fréquentes crises d'aggravation entraînent souvent de nombreuses visites à l'urgence et hospitalisations qui peuvent survenir plusieurs fois au cours d'une même année. La qualité de vie de ces personnes en est donc fortement affectée. Il n'y a pas de remède contre cette maladie, mais il existe des moyens pour la contrôler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer