Journée parfaite pour la Color Run

Plus de 5000 personnes ont pris le départ... (Spectre média, Jessica Garneau)

Agrandir

Plus de 5000 personnes ont pris le départ de la deuxième édition de la Color Run de Sherbrooke samedi, une course de 5 km où les participants se font asperger de poudre colorée à chaque kilomètre traversé.

Spectre média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Plus de 5000 participants ont parcouru les cinq kilomètres du deuxième Color Run de Sherbrooke samedi, une hausse de 1200 personnes par rapport à la première édition.

L'an dernier, environ 3800 personnes étaient reparties du parc Jacques-Cartier avec la peau irisée.

« Ç'a tellement été une belle journée, avec un beau soleil et une belle température. On ne pouvait pas demander mieux », se réjouissait le directeur de la course Martin Drolet, dimanche.

« On dépend tellement de ça [la température]. Chaque événement, on a 50 % de chance qu'il y ait de la pluie. On tiendrait l'événement quand même, mais ce ne serait pas pareil. Et Sherbrooke, c'est vraiment un bon marché avec une clientèle qui apprécie ce type de course. La foule était très excitée et heureuse d'être là. On a très hâte de revenir l'an prochain. »

La prochaine Color Run devrait également se tenir à mi-septembre en 2017, « la fin de semaine juste avant la collation des grades de l'Université de Sherbrooke ». S'il y a un engouement certain pour l'événement, Martin Drolet signale qu'une hausse d'achalandage semblable l'an prochain pousserait toutefois le nombre de participants à sa limite.

« On aime toujours ça grossir, mais on ne peut pas en accepter plus de 6500 personnes pour la course pour des raisons techniques, comme la distance parcourue, note-t-il. Le site demeurera tout de même ouvert au public. »

L'organisation a également remis un chèque de 8000 $ au Fonds du sport et du loisir sherbrookois, qui était responsable de fournir les quelque 200 bénévoles requis pour l'événement.

« Dans chaque ville, on s'associe à un organisme local. Dans ce cas-ci, ça aide les jeunes défavorisés pour qu'ils puissent obtenir une inscription à un sport. On trouve ça important. »

Martin Drolet insiste par ailleurs sur le mot « local ».

« On aime travailler localement. On amène notre équipe, mais tous les services dont on a besoin, on les prend sur place. Ça amène donc de l'argent aussi à la Ville de Sherbrooke et aux entreprises d'ici. »

Du plaisir à l'état pur

Du plaisir à l'état pur, c'est la réponse qui revient systématiquement lorsqu'on demande aux participants du Color Run ce qu'ils recherchent exactement.

Si la majorité d'entre eux affirment ne pas aimer particulièrement la course à pied, ils n'ont eu aucune objection à s'installer à la ligne de départ du « plus heureux des 5 km de la planète » à Sherbrooke.

« J'arrive tôt, parce que je veux toujours être parmi les premiers à partir, mais c'est vraiment juste pour m'amuser. Les gens te tapent dans les mains, t'encouragent; c'est juste débile et électrisant », expliquait Éric Martel avec un large sourire au milieu d'un visage aux couleurs de l'arc-en-ciel.

« Je chronomètre mon temps pour le fun, mais je participe seulement aux courses-événement, comme les X-Man race, par exemple. On nous donne des chandails, des médailles et c'est drôle. »

Il n'est pas le seul à courir les courses événementielles pour leurs à-côtés plutôt que pour les kilomètres dévalés en espadrilles.

« C'est notre deuxième année et c'est super. On a couru un peu, attendu un peu, crié, sautillé, un peu de tout », résument en riant Myriam Roulx, Krystel Custeau, Anne-Marie Bussières, Éloïse Sirois, Jacinthe Breton, Virginie Roy et Kassidy Davey, de l'équipe Lafleur-Davey.

« On aime ça quand on devient sale et l'ambiance, la musique, c'est vraiment bien », ajoutent-elles.

De son côté, Patrick Champoux, de Weedon, était ravi de participer à l'événement avec sa conjointe et sa fille de 8 ans.

« Nous sommes des sportifs, mais pas des coureurs, sauf que c'est super. Ma fille avait toujours hâte aux prochaines couleurs; ça sépare ta course en étapes et ça raccourcit son trajet. C'est un bel événement familial et c'est du plaisir à l'état pur. » 

« C'est ouvert à tout le monde cette course, explique quant à lui le directeur de la course Color Run de Sherbrooke, Martin Drolet. Tu n'as pas à être un coureur de haut niveau ni à te sentir en compétition avec personne. Tu viens pour t'amuser avec tes amis, des collègues ou ta famille. On ne fait qu'inciter les gens à sortir de chez eux pour avoir du plaisir. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer