Geneviève Drapeau emportée par le cancer à 38 ans

En 2014, Geneviève Drapeau avait partagé avec La... (Archives, La Tribune)

Agrandir

En 2014, Geneviève Drapeau avait partagé avec La Tribune les hauts et les bas de son combat contre le cancer. « La maladie, c'est vraiment pas l'fun... mais ça nous fait réaliser et apprécier combien les gens nous aiment», avait déclaré celle qui était particulièrement aimée de son mari, Réjean Labbé, et de ses cinq enfants : Vincent, Marie-Anne, Jean-François, Frédéric et Judith.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Geneviève Drapeau est décédée, lundi soir, entourée de sa famille. Âgée de 38 ans, la mère de cinq enfants a été emportée par le cancer après un long combat mené dans l'amour.

« Une douce maman de cinq enfants s'est envolée. Que devient-on une fois rendu au ciel quand on était déjà un ange de son vivant? » a demandé une consoeur d'études de Mme Drapeau sur les réseaux sociaux.

En 2012, Mme Drapeau recevait un diagnostic de cancer de la peau. Un mélanome de stade 3 avec des métastases aux ganglions. En 2014, la mère de famille de Sherbrooke rencontrait La Tribune pour parler de son parcours. Les métastases avaient alors atteint les os, le cerveau, les poumons.

« Geneviève était une personne incroyablement confiante en la vie et en sa destinée. Elle a fait preuve de beaucoup de résilience au cours des quatre dernières années. Malgré tous les obstacles qu'elle a dû surmonter au cours des dernières années (opérations, chimio, radiothérapie, biopsie, comas, méningite, etc.. ), elle a presque en tout temps gardé une attitude positive », souligne Guylaine Larone, qui a enseigné à Mme Drapeau à l'époque où cette dernière fréquentait le Mont-Notre-Dame.

« Elle s'est surtout inquiétée pour les siens plutôt que pour elle-même. Elle avait la foi, et cette foi l'aura aidée à demeurer sereine », ajoute l'enseignante qui était aussi la voisine de rue de Mme Drapeau depuis quelques années.

« Elle adorait sa famille et chacun de ses enfants faisait sa fierté. Elle adorait également son conjoint, père de ses cinq beaux enfants », mentionne aussi Mme Larone en entrevue.

«Chaque fois que la maladie lui donnait une trêve, elle retournait à cette passion qu'elle avait et se souciait de ses étudiants.»


L'enseignante souligne aussi la passion de Mme Drapeau pour le métier qu'elles partageaient. « Geneviève était très stimulée par son travail de chargée de cours en enseignement des mathématiques à l'Université de Sherbrooke. Chaque fois que la maladie lui donnait une trêve, elle retournait à cette passion qu'elle avait et se souciait de ses étudiants », se souvient-elle.

« Je ne garderai que de bons souvenirs d'elle. C'était une belle personne avec de très belles valeurs humaines. Repose en paix chère Geneviève », conclut Mme Larone. 

Ceux qui l'ont croisée se souviendront d'elle comme une combattante lumineuse. Une mère aimante et aimée.

« Soyez inspirés par sa force, sa détermination à vaincre la maladie, le positivisme malgré l'épreuve et surtout, profitez du temps avec ceux que vous aimez, elle me le répétait souvent », renchérit sa grande amie Linda Truong, qui souligne au passage la voix angélique, la foi inébranlable, la douceur et la patience sans borne de son amie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer