919 Estriens doivent souffler avant de conduire

Un total de 919 conducteurs de l'Estrie étaient contraints de souffler dans un... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un total de 919 conducteurs de l'Estrie étaient contraints de souffler dans un antidémarreur éthylométrique avant de mettre en marche leur véhicule en mai dernier en Estrie.

La région se classe au 5e rang au Québec sur les 19 083 conducteurs qui doivent utiliser cet appareil après avoir perdu leur permis de conduire principalement en raison d'une condamnation pour conduite avec les capacités affaiblies d'avoir conduit leur véhicule alors que leur taux d'alcoolémie dépassait la limite légale de 0,08 mg d'alcool par 100 ml de sang.

Les personnes coupables d'une infraction liée à l'alcool et dont le permis est révoqué peuvent, selon certaines conditions, recevoir un permis restreint. Ils peuvent uniquement conduire un véhicule muni d'un antidémarreur éthylométrique, c'est-à-dire muni d'un appareil électronique qui empêche leur voiture de démarrer dès qu'il détecte la présence d'alcool dans l'organisme du conducteur.

« Le délai d'attente pour l'installation d'un tel appareil est d'environ deux semaines à Sherbrooke soit environ le même temps que la moyenne du Québec», explique la porte-parole de la SAAQ, Audrey Chaput.

C'est en Montérégie que le nombre de conducteurs ayant un antidémarreur éthylométrique est le plus élevé au Québec, avec 3206 en mai.

« L'alcool est l'une des principales causes de décès sur nos routes, explique Lyne Vézina, directrice de la recherche et du développement en sécurité routière à la SAAQ. Parfois, la population a tendance à croire que c'est le seul fait des récidivistes. Oui on peut s'attaquer aux multirécidivistes, oui c'est inacceptable, mais la majorité qui se fait prendre, c'est pour la première fois. Plusieurs conducteurs ne se sentent pas concernés par l'alcool au volant, sont des buveurs sociaux, mais ça leur arrive aussi. »

La pose d'un antidémarreur éthylométrique n'est pas obligatoire, mais raccourcit la période d'interdiction de conduire pour les personnes arrêtées avec les facultés affaiblies.

- Avec Katerine Belley-Murray, Le Quotidien

L'Estrie dans la moyenne

L'Estrie se trouve dans la moyenne québécoise pour la suspension immédiate du permis de conduire en raison de l'alcool au volant avec un taux de 288 suspensions par 100 000 permis de conduire. La moyenne au Québec est de 278 par 100 000 permis. En nombre absolu, il y a eu 628 suspensions de permis de conduire en 2014.

Concernant les infractions reliées à l'alcool au volant, l'Estrie se situe encore une fois juste au-dessus de la moyenne québécoise avec 166 infractions liées à l'alcool par 100 000 permis de conduite, alors que la moyenne québécoise est de 150.

À ce chapitre, l'Estrie a enregistré sa meilleure année en 2014 depuis les dix dernières avec 363 infractions, alors que le nombre oscille entre 465 et 606 depuis 2005. En 2014, ce sont 607 Estriens qui se sont retrouvés devant un juge pour des infractions au Code criminel en lien avec l'alcool sur les 218 207 titulaires de permis de conduire. Dans l'ensemble du Québec, le taux est de 284 infractions au Code criminel par 100 000 titulaires de permis de conduire, alors qu'il est de 278 en Estrie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer