Des belles d'autrefois pour aider aujourd'hui

Environ 300 voitures d'époques étaient stationnées au Centre... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Environ 300 voitures d'époques étaient stationnées au Centre Julien-Ducharme pour faire rêver les visiteurs et les amateurs de voitures qui se sont déplacés pour assister à la 22e édition de l'exposition des Belles de Fleurimont dimanche.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Quelque 1500 personnes ont replongé dans le passé dimanche à l'occasion de l'exposition des Belles de Fleurimont.

« C'est une belle nostalgie qui nous habite quand on vient ici! Le temps passe vite », signalait Jean Tanguay, qui dit passer « presque chaque année » à l'exposition qui en était à sa 22e édition.

« Il n'y pas que le temps qui passe vite aujourd'hui », le relance en riant son camarade Guy Bélanger.

« Mais en 67 tout était beau », a-t-il ajouté, s'ennuyant visiblement tout autant de l'époque où Beau Dommage faisait résonner son folk rock montréalais aux quatre coins du Québec.

Environ 300 voitures d'époque étaient stationnées au Centre Julien-Ducharme pour faire rêver les visiteurs et les amateurs de voitures. Un nombre en deçà des années précédentes, mais tout aussi satisfaisant, a assuré Pierre Casavant, l'un des nombreux bénévoles et organisateurs de l'exposition.

« Ce n'est pas la meilleure journée - on ne savait pas s'il allait mouiller -, mais nous sommes aux anges; les vrais amateurs sont ici! Il y a des voitures de toutes les années, de tous les prix et de tous les genres. Quelqu'un qui vient ici et qui ne trouve pas une voiture à son goût n'est tout simplement pas à la bonne place. »

Pour la quatrième année consécutive, tous les sous amassés lors de la journée étaient remis à l'Association de la sclérose en plaques de l'Estrie (ASPE).

« On aurait aimé atteindre le 10 000 $, mais ce qu'on va avoir ça va déjà être ça. On se tient aux environs de 6000 à 8000 $ par année. Dans une journée, c'est très bien. C'est de l'argent qui reste dans une association de l'Estrie, qui aide les gens d'ici, et ça nous permet d'être fiers après notre journée », soutient M. Casavant.

La sclérose en plaques est actuellement considérée comme une maladie auto-immune qui s'attaque au système nerveux central et dont les effets sont très variés. Il n'y toujours aucun moyen de la contrer.

« C'est difficile de vivre avec cette maladie-là, d'autant plus qu'il n'y a pas de remède pour en guérir. L'exposition nous aide à boucler l'année pour offrir des services aux gens touchés par la sclérose en plaques dans notre région et faire de la recherche », réitère Jasmin Noël, porte-parole de L'ASPE.

La prochaine activité de financement de l'ASPE est prévue le 11 septembre prochain, où une marche sera tenue autour du lac des Nations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer