Soins palliatifs : le CIUSSS veut élargir son accessibilité

L'accessibilité aux soins palliatifs sera élargie dans le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

L'accessibilité aux soins palliatifs sera élargie dans le cadre de la réorganisation en cours au CIUSSS de l'Estrie-CHUS de même que par l'entrée en vigueur de la Loi 2 sur les soins de fin de vie.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'accessibilité aux soins palliatifs sera élargie dans le cadre de la réorganisation en cours au CIUSSS de l'Estrie-CHUS de même que par l'entrée en vigueur de la Loi 2 sur les soins de fin de vie. Cette réorganisation fera en sorte, notamment, que l'accès à l'unité de soins palliatifs de l'Hôtel-Dieu ne sera pas uniquement réservé aux personnes atteintes de cancer.

Sans être en mesure de préciser de date, le directeur général adjoint aux programmes de santé du Centre intégré universitaire de santé et de service sociaux (CIUSSS) de l'Estrie-CHUS, Dr Stéphane Tremblay, a laissé savoir que le processus d'élargissement était engagé et que l'élargissement aux autres patients fait partie des priorités.

« On est en train de revoir le nombre de lits dédiés aux soins palliatifs, a confirmé Dr Tremblay. Notre volonté d'élargir (l'accessibilité) a toujours été présente. C'était dans nos cartons, mais avant de la mettre en place, il fallait s'assurer que l'encadrement et le support aux professionnels et aux médecins étaient adéquats, de façon à pouvoir offrir les soins aux patients dans les meilleures conditions possible », a-t-il souligné.

Dr Tremblay précise que les soins palliatifs ont toujours été offerts aux patients aux prises avec d'autres maladies que le cancer dans les unités concernées, mais que la réorganisation et l'entrée en vigueur de la Loi 2 ont amené l'établissement à revoir l'accessibilité aux soins palliatifs dans une perspective plus large.

À elle seule la création du CIUSSS commandait un élargissement de l'accessibilité compte tenu de l'étendue du nouveau territoire l'établissement et de l'augmentation de sa clientèle, mentionne Dr Tremblay.

Plainte au Collège des médecins

Le gestionnaire du CIUSSS affirme que l'élargissement des soins palliatifs n'a rien à voir avec les démarches légales entreprises par une citoyenne de Sherbrooke, Sylvie Croteau, dont le mari, Jean-Marie Poulin, est décédé en 2014 après qu'on lui eut refusé l'accès aux soins palliatifs à l'Hôtel-Dieu, du fait qu'il n'était pas atteint du cancer.

Jointe mardi par La Tribune, Mme Croteau s'est dite heureuse de constater que les démarches entreprises par le CIUSSS éviteront à d'autres familles de vivre « le cauchemar » qu'elle a dû vivre.

Mme Croteau dit avoir réclamé à trois reprises le dossier médical de son mari auprès du CIUSSS, mais sans succès, étant donné que le médecin traitant de son mari ne pratique plus au CIUSSS. Encore ébranlée par les souffrances auxquelles son mari a été confronté, la Sherbrookoise a décidé de continuer de se battre. « D'ici la fin de la semaine, je vais déposer une plainte auprès du Collège des médecins. Il ne faut plus que personne vive ce que nous avons vécu », a péniblement décrit Mme Croteau.

Maison Aube-Lumière

Comme elle l'avait annoncé en début d'année, la Maison Aube-Lumière s'apprête elle aussi à entreprendre une réflexion au sujet de l'élargissement de sa mission. Sa directrice générale, Marie Bécotte, a réitéré ces derniers jours que le conseil d'administration de la Maison Aube-Lumière allait examiner de fond en comble la possibilité d'offrir ses services à des patients en fin de vie, qui ne sont pas atteints du cancer.

Cette réflexion, a indiqué Mme Bécotte, s'inscrit dans le cadre de la planification stratégique 2017-2020 de la maison Aube-Lumière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer