Agrandissement en vue à l'école primaire Jean-XXIII

Avec une hausse de clientèle annoncée dans le... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Avec une hausse de clientèle annoncée dans le secteur de l'école internationale du Phare, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) souhaite agrandir l'école primaire Jean-XXIII.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Avec une hausse de clientèle annoncée dans le secteur de l'école internationale du Phare, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) souhaite agrandir l'école primaire Jean-XXIII, située dans le secteur d'Ascot, en ajoutant huit nouvelles classes. La CSRS espère aussi réaliser une importante cure de rajeunissement des gymnases des pavillons Laporte de l'école des Avenues et du pavillon Assomption de l'école Pie-X de l'Assomption.

Selon Carl Mercier, directeur général adjoint à l'administration à la CSRS, d'ici 2021, 1000 élèves pourraient s'ajouter dans le quartier 4 (celui de l'école du Phare).

Environ 75 % d'entre eux seraient des élèves du primaire.

Cette hausse est anticipée à la lumière d'une prévision d'effectifs du ministère de l'Éducation.

« On a consulté la Ville de Sherbrooke pour les demandes de permis accordés et les travaux en cours. Si on rajoute ça (NDLR : aux prévisions d'effectifs du Ministère), le nombre d'élèves augmente de façon importante dans le quartier 4. »

À proximité, l'école primaire Saint-Antoine, dans l'arrondissement de Lennoxville, déborde déjà. Une entente a été établie avec la Commission scolaire Eastern Townships (CSET) en 2015 afin que des élèves soient déplacés à l'école primaire de Lennoxville, à quelques pas de là.

La CSRS enverra une demande de financement pour concrétiser le projet d'agrandissement de 2,6 M$, qui serait assumé par Québec en totalité s'il est sélectionné.

Quant à l'échéancier, Carl Mercier précise qu'il n'y en a pas de précis; il avance tout de même 2018. « Une fois l'école C construite, ça pourrait être l'année suivante (pour Jean-XXIII) », note-t-il.

La construction de l'école C, dans le secteur de la rue Matisse, doit avoir lieu en 2017. Le dossier chemine. « On a eu les autorisations pour aller faire les relevés de caractérisation des sols du propriétaire actuel, parce que la Ville de Sherbrooke n'est pas encore propriétaire du terrain. Ça ne nous retarde pas. »

Rappelons que la construction a été repoussée d'un an parce que les infrastructures qui doivent être construites n'auraient pas été là à temps; ce chantier aura lieu parallèlement aux travaux du boulevard René-Lévesque.

La CSRS se tourne également vers Québec pour rénover les gymnases, aujourd'hui désuets.

« Ce ne sont pas des écoles qui datent d'hier ! » lance le président de la CSRS, Gilles Normand, en rappelant qu'à une certaine époque, ce sont davantage des salles multifonctionnelles qui faisaient office de gymnase.

Chacun des projets est estimé à environ 1,8 M$. L'organisation profiterait des travaux pour relier les deux pavillons de l'école des Avenues, qui regroupe en fait les anciennes écoles Laporte et Sainte-Famille, situées à quelques mètres l'une de l'autre.

Par ailleurs, différentes mesures seront mises en place par la CSRS pour les écoles concernées par des travaux dans les rues avoisinantes. La CSRS est en communication avec la Ville de Sherbrooke. À l'école Hélène-Boullé, par exemple, des trajets alternatifs doivent être proposés pour les élèves marcheurs. Des zones de travaux routiers seront en activité à proximité des écoles Montcalm, Hélène-Boullé, Coeur-Immaculé et du Boisé-Fabi. Des communications seront envoyées aux parents pour les tenir informés. « On demande aux parents et à tous ceux qui circulent aux abords de ces écoles d'être encore plus attentifs », note Gilles Normand.

Manon Massé... (Archives, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Manon Massé

Archives, La Presse

La députée Manon Massé félicite le Cégep de Sherbrooke

La députée de Québec solidaire, Manon Massé, a publiquement félicité le Cégep de Sherbrooke, mardi, pour les mesures mises en place pour les personnes trans de l'établissement.

« Les étudiants du Cégep peuvent maintenant faire leur rentrée scolaire sous l'identité de genre et le nom qu'ils ont choisi. Auparavant, l'étudiant trans devait s'adresser à chaque enseignant individuellement pour changer son nom sur les listes de cours. Aujourd'hui, cette démarche est faite auprès d'une seule personne », a souligné la députée par voie de communiqué.

Manon Massé, qui suit de près le dossier des personnes trans, espère que cette décision inspirera d'autres établissements à aller de l'avant avec de telles mesures.

Rappelons qu'à Sherbrooke, outre le Cégep de Sherbrooke, le Collège régional Champlain (CRC) de Lennoxville a aussi mis de l'avant certaines initiatives afin de soutenir les jeunes trans, dont la mise en place de salles de bain non genrées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer