Le projet d'agrandissement de la Résidence Murray suspendu

Une pétition de 156 noms a été déposée... (Photo fournie)

Agrandir

Une pétition de 156 noms a été déposée au conseil municipal la semaine dernière pour souligner l'opposition de nombreux résidants du secteur contre le projet d'agrandissement de la Résidence Murray.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le propriétaire de la Résidence Murray, Pierre Chapdelaine, suspend son projet d'agrandissement, ce qui ne signifie pas qu'il abandonne ses visées d'offrir des logements abordables aux personnes âgées. Il souhaite toutefois ouvrir le dialogue avec les citoyens du quartier qui ont fait part de leur inconfort devant ce projet.

Rappelons que des résidants de la rue Murray et des environs craignent qu'un agrandissement de sept étages, tel que projeté, augmente le flux de circulation déjà dense sur leur rue. Ils prévoient également des problèmes de stationnement. Ils craignent par ailleurs que la nouvelle construction ne s'inscrive pas dans le caractère patrimonial des bâtiments du voisinage. Une pétition de 156 noms a été déposée au conseil municipal la semaine dernière pour souligner cette opposition au projet.

Pierre Chapdelaine a donc acheminé une lettre à la Ville de Sherbrooke, lundi matin, pour lui demander de suspendre l'étude de son projet d'agrandissement. « Je ne peux pas être insensible aux commentaires des voisins qui nourrissent des inquiétudes à l'égard du projet. Je chercherai à mettre l'acceptabilité sociale au centre de mes préoccupations. »

M. Chapdelaine ajoute avoir le devoir d'assurer la sérénité de sa clientèle, qui a manifesté son inquiétude à la suite des plus récents épisodes de confrontation. « Certains ont craint que nous allions fermer. Il a fallu les rassurer. Je ne veux pas tomber dans la confrontation. Je veux que les choses se passent de façon ouverte et transparente. La peur et les conflits ne mènent nulle part. Je veux que nous repartions du bon pied en nous parlant pour que nous nous comprenions. »

Le propriétaire de la Résidence Murray veut donc créer un espace de dialogue avec ses voisins. « Je souhaite qu'ils voient ce geste comme une invitation au dialogue, comme une main tendue. Nous ferons ce qu'il faut pour nous parler. »

Il espère néanmoins que les pourparlers pourront se tenir rapidement pour lui permettre de déposer un projet amendé dans les prochaines semaines. « Il faut combler un besoin dans l'est. Je suis prêt à mettre de l'eau dans mon vin, mais le projet doit être rentable. »

Selon M. Chapdelaine, des locataires potentiels se manifestent régulièrement pour obtenir de l'information sur les futurs appartements. Cinq unités avaient déjà trouvé preneur. « Les acheteurs sont prêts à attendre, mais si on nous demande d'annuler les baux, nous sommes prêts à le faire. Ça fait deux ans que nous travaillons ce projet et j'avais essayé de nuire le moins possible aux résidants du secteur. »

Au conseil municipal la semaine dernière, la présidente du comité consultatif d'urbanisme, Nicole Bergeron, avait déjà mentionné qu'une nouvelle version du projet était attendue. Elle ajoutait souhaiter qu'il y ait une consultation en amont pour assurer l'acceptabilité sociale du projet.

La Résidence Murray a été fondée en 1997 et avait été l'objet d'un agrandissement en 2007.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer