La CSS équilibre son budget

Après avoir adopté un budget déficitaire de près... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Après avoir adopté un budget déficitaire de près de 1,5 M$ en juin, la Commission scolaire des Sommets (CSS) a réussi à équilibrer son budget, a-t-elle annoncé lundi.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Après avoir adopté un budget déficitaire de près de 1,5 M$ en juin, la Commission scolaire des Sommets (CSS) a réussi à équilibrer son budget, a-t-elle annoncé lundi. L'organisation évitera ainsi un plan de redressement, ce à quoi elle s'exposait avec l'adoption d'un budget déficitaire.

« C'était notre objectif (NDLR : d'éviter un tel plan) », note la directrice générale de la CSS, Édith Pelletier.

Qu'est-ce qui explique ce revirement de situation? La CSS a notamment réajusté ses prévisions de revenus à la hausse de près de 900 000 $.

L'organisation prévoit notamment que le nombre d'élèves pourrait être plus élevé que ce qu'elle anticipait en juin. « On estime qu'il pourrait y avoir 100 élèves de plus. C'est quand même intéressant », note Mme Pelletier. Le financement est d'environ 4000 $ par élève.

« On a une légère hausse de notre clientèle. Au niveau démographique, c'est quelque chose qu'on anticipait », commente-t-elle en soulignant que ces chiffres méritent une analyse plus approfondie.

La CSS espère dégager des profits d'environ 200 000 $ avec des bâtiments dont elle souhaite se départir, soit les deux pavillons de l'ancien Tremplin à Richmond et la Source à Windsor. La CSS s'est adressée à Québec pour obtenir l'autorisation d'aller en appel d'offres public. Elle aurait aimé vendre les édifices de gré à gré, mais ça n'a pas fonctionné.

La commission scolaire a aussi diminué ses dépenses de 600 000 $, dont une somme de 425 000 $ récupérée dans ses écoles. « L'an passé, on avait demandé autour de 785 000 $ », précise Mme Pelletier.

Parmi la série de mesures mises en place, la CSS s'est aussi tournée vers la formation professionnelle et la formation générale aux adultes.

« Malgré que 2016-2017 soit la première année sans compression budgétaire additionnelle depuis six ans, je tiens à souligner que ce n'est pas sans effort que l'équilibre a pu être atteint. Rappelons que depuis de nombreuses années, la CSS doit composer avec des compressions récurrentes qui totalisent plus de 6,5 M$ », indique le président de la CSS, Jean-Philippe Bachand.

L'organisation avait déjà pigé dans ses surplus lors de l'adoption du budget afin de diminuer l'ampleur du déficit.

Par ailleurs, la CSS doit transmettre cette semaine sa demande au ministère de l'Éducation concernant l'ajout d'un gymnase à l'école Saint-Pie-X de Magog, qui doit composer avec un manque d'espace important. La directrice s'attend à avoir des nouvelles au printemps.

La CSS compte plus de 8200 jeunes au préscolaire, primaire et secondaire. Le nombre grimpe à près de 10 000 lorsqu'on inclut les élèves de la formation professionnelle et de l'éducation aux adultes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer