Une étude pour les problèmes de circulation dans Rock Forest

La circulation dense dans certains secteurs de Rock Forest, sur le boulevard... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La circulation dense dans certains secteurs de Rock Forest, sur le boulevard Bertrand-Fabi entre autres, préoccupe la Ville au point où une étude a été commandée pour trouver des solutions.

La directrice du service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, Caroline Gravel, explique que l'étude n'en est qu'à ses balbutiements. « Le mandat n'est même pas encore donné. Ce sera une étude de circulation pour permettre de désengorger certains secteurs, pour améliorer la fluidité. »

Concrètement, il s'agira de s'intéresser aux habitudes des automobilistes pour comprendre les tendances dans les déplacements. « Ce que nous faisons, c'est une espèce d'enquête origine-destination pour voir, les gens, quand ils partent de chez eux pour se rendre au travail, à l'école, à l'épicerie, quel chemin ils prennent. Nous vérifions à quel moment ils empruntent ces trajets, à quelle heure, combien de fois par semaine. C'est quelque chose d'assez fastidieux. Ensuite, nous regardons quelle quantité de véhicules se retrouve sur la route, que ce soit aux heures de pointe ou non. »

L'étape suivante consiste à analyser les routes, les circuits empruntés, pour savoir s'ils sont en mesure d'absorber la quantité de véhicules qu'on y trouve. « Sur Bertrand-Fabi, il y a des heures de pointe qui sont très difficiles, soit le matin et le soir. Les solutions seront d'essayer de rediriger la circulation ailleurs pour que les gens qui se rendent travailler passent ailleurs que sur Bertrand-Fabi. »

Les solutions ne sont pas nécessairement évidentes à première vue. « Idéalement, ce serait d'utiliser les artères ou les routes qui sont déjà existantes, celles qui ont été prévues pour être des artères devraient être des artères, mais il faut prendre le temps de regarder la cartographie et voir ce qu'on peut faire avec le milieu bâti. Idéalement, il faut tenter d'utiliser les milieux où ce n'est pas construit pour faire quelque chose. »

Le développement rapide pourrait aussi poser des problèmes semblables ailleurs dans la ville, notamment dans le secteur Fleurimont. « Il faut planifier notre territoire en amont au lieu de réagir une fois que c'est construit », insiste Mme Gravel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer