Le Cartier/St-Malo ferme ses portes

Le Cartier a ouvert ses portes en juin... (Spectre Média, André Vuillemin)

Agrandir

Le Cartier a ouvert ses portes en juin 1994. L'endroit a été agrandi et des salles privées ont été ajoutées, une terrasse a vu le jour, un vaste stationnement a été aménagé et le pub St-Malo s'est greffé au restaurant le Cartier. Le bâtiment pouvait accueillir quelque 500 personnes au maximum de sa capacité.

Spectre Média, André Vuillemin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le restaurant Le Cartier-Pub Saint-Malo du boulevard Jacques-Cartier à Sherbrooke a fermé ses portes, lundi.

La propriétaire Veronica Kaczmarowski souhaite qu'une solution puisse être trouvée afin d'éviter la fermeture définitive de l'établissement qui a pignon sur rue depuis 1994.

« C'est un endroit magnifique. J'aimerais que ça continue, mais ça ne sera pas avec moi. Ce devra être une personne mieux placée financièrement. Nous avions une approche de produits locaux, biologiques où rien n'était préparé à l'avance. Ce serait triste de laisser tomber », explique Mme Kaczmarowski.

Après avoir envisagé plusieurs solutions, la propriétaire du Cartier-Saint-Malo a dû se résigner à fermer les livres pour des raisons économiques. La propriétaire mentionne avoir commencé en janvier dernier à chercher des solutions pour passer le flambeau afin d'assurer la survie de l'établissement.

« Nous avions des frais administratifs trop élevés par rapport aux entrées d'argent. J'y ai cru jusqu'à la toute dernière minute. Nous avons essayé plusieurs scénarios. La réalité économique n'est pas facile. Les professionnels qui constituaient notre clientèle vivent des coupes de poste, alors leur situation plus difficile avait un impact chez nous », soutient Veronica Kaczmarowski.

Un avis aux fournisseurs placé dans la porte de service de l'établissement confirme que le restaurant du boulevard Jacques-Cartier ferme ses portes.

« Nous allons fermer de façon définitive restaurant Le Cartier/Pub Saint-Malo le 22.8.16. Nous ne placerons des commandes supplémentaires avec vous (sic) », explique la note dans la porte de service.

Dans l'avis aux fournisseurs, la propriétaire les remercie d'avoir collaboré avec son restaurant.

« Nous sommes particulièrement fiers d'avoir soutenu des entreprises locales et les fermes de la région durant les trois dernières années. Vous allez tous nous manquer », mentionne la propriétaire dans son avis aux fournisseurs.

Même chose dans la note explicative posée dans la porte d'entrée.

« Nous tenons à vous remercier d'avoir cru et d'avoir participé par chacune de vos visites, à notre beau projet. Nous sommes privilégiées d'avoir pu vous compter parmi nos clients, amis, partenaires d'affaires ».

Des clients se sont rivés à des portes closes.

« C'est un endroit que j'aimais bien. Il y avait une cuisine naturelle et variée. Je vais m'ennuyer de cette belle terrasse. C'est vraiment dommage », explique un client Romuald Messina.

Des employés rencontrés sur les lieux lundi matin par La Tribune s'affairaient à nettoyer le restaurant. Ils ne voulaient pas commenter la fermeture, mais leur mine basse traduisait leur déception. Une quarantaine de personnes ont reçu un avis de licenciement au cours des derniers jours.

« Ils se retrouvent sans emploi pour le moment. L'une de mes priorités demeure d'aider mes employés à se trouver un poste ailleurs. C'est une grande tristesse pour moi parce que ces gens avaient le projet à coeur. Ce sont des gens que je considérais comme des membres de ma famille », mentionne la propriétaire de l'endroit.

Sur sa page Facebook, le Cartier-Saint-Malo se définissait par : « Restaurant unique à Sherbrooke avec la plus belle terrasse en ville, face au parc Jacques-Cartier. Alimentation vivante, ancestrale, sans gluten disponible. »

Le Cartier a ouvert ses portes en juin 1994. L'endroit a été agrandi et des salles privées ont été ajoutées, une terrasse a vu le jour, un vaste stationnement a été aménagé et le pub St-Malo s'est greffé au restaurant le Cartier. Le bâtiment pouvait accueillir quelque 500 personnes au maximum de sa capacité.

« Il n'y a jamais trop de bons restaurants »

Surpris de la fermeture du restaurant Le Cartier-Saint-Malo, mais convaincu qu'il n'y a pas trop de restaurants à Sherbrooke.

Telle est la perception du directeur général de Commerce Sherbrooke, Gilles Marcoux, qui rappelle que le restaurant du boulevard Jacques-Cartier était une institution à Sherbrooke.

« Je suis surpris parce que ce restaurant était bien situé, offrait un bon produit dans un bon créneau. L'offre s'est beaucoup développée dans le secteur du boulevard Jacques-Cartier et King », explique le directeur général de Commerce Sherbrooke, Gilles Marcoux.

Gilles Marcoux convient que le secteur du commerce de détail et de la restauration n'est pas facile.

« C'est un secteur où il faut innover, mais avec un contrôle sur ses dépenses, ce qui peut être très exigeant. La clientèle est aussi plus exigeante. Il devient difficile de refiler l'augmentation du prix des aliments sur la facture du client. Les marges de profit se rétrécissent de plus en plus, alors la marge de manoeuvre est très mince », analyse Gilles Marcoux.

Ce dernier soutient cependant qu'il y aura toujours de la place pour des restaurants de qualité à Sherbrooke.

« Il n'y a jamais trop de bons restaurants. Si les gens ne trouvent pas ce qu'ils cherchent à Sherbrooke, ils vont aller à l'extérieur. Il y a donc toujours de la place pour la qualité afin de répondre aux besoins des consommateurs d'ici », estime Gilles Marcoux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer