Cow-Boys, de Willie à Dolly de retour en 2017

Pour augmenter le succès de son spectacle, le... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Pour augmenter le succès de son spectacle, le producteur Robert Doré souhaite rehausser la visibilité de celui-ci du côté sud de la frontière.

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Après avoir entretenu un doute quant au retour de Cow-Boys, de Willie à Dolly à Sherbrooke en 2017, le producteur de Québec Issime a assuré dimanche que le spectacle country serait de retour l'an prochain.

La troisième année du spectacle - la deuxième dans sa forme actuelle sous un toit - s'est terminée samedi et le producteur Robert Doré se dit suffisamment satisfait de la réponse du public pour qu'il y ait une redite.

« On est satisfaits de la saison qu'on vient de faire. Ce qui est important, c'est que le public qui part de Sherbrooke nous dit qu'il est heureux et qu'il va revenir. Le succès de ce spectacle-là ne fait pas de doute. Les gens flottent à la sortie », indique-t-il.

« On a signé une entente de dix ans; on a trois ans de fait et on va faire les autres, que ce soit avec Cow-Boys ou un autre spectacle, mais le spectacle de Willie à Dolly va revenir à Sherbrooke l'an prochain », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, Robert Doré qualifiait pourtant de « correcte » la réponse des amateurs de musique country à la place Nikitotek cet été.

« On avait des attentes plus élevées. L'achalandage était là, mais il n'était pas aussi grand que ce qu'il aurait dû », avait alors mentionné M. Doré à La Tribune. Ce dernier expliquait dimanche qu'il s'agit cependant d'un « cycle normal » dans son industrie. Québec Issime produit également les spectacles Décembre, Party et De Céline Dion à la Bolduc.

« C'est un cycle normal pour un spectacle qui revient année après année. Ce n'est pas comme un spectacle qui débarque en ville pour quelques jours et que ta seule chance de le voir, c'est là. Dans notre cas, des années sont records, d'autres affichent une diminution. Il y a tellement d'impondérables et on est habitué, parce que ça fait 22 ans qu'on fait ça. C'est notre façon d'opérer. On a un bon show, dans un bon site bien équipé. On parle donc de développement de marché et d'installer des bases solides. Ça se travaille comme une terre : on doit aussi semer si on veut récolter. »

Robert Doré rencontrera de nouveau Destination Sherbrooke mardi. Pour augmenter le succès de son spectacle, le producteur souhaite rehausser la visibilité de celui-ci du côté sud de la frontière.

« La forfaitisation ne peut pas être mieux que ça et les réservations de groupe vont très bien, je me questionnais donc sur la commercialisation. Ça ne suffit pas qu'il y ait un dollar faible pour attirer les Américains, il faut aussi leur dire qu'on est là. Notre plan, c'est d'aller chercher le marché américain l'an prochain et c'est là que Destination Sherbrooke entre en ligne de compte pour nous aider. »

Il n'a pas été possible de joindre un porte-parole de Destination Sherbrooke dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer