Un coup de pouce qui arrive à point pour la rentrée

Les jeunes Jason Desjarlaits et Xavier Grégoire faisaient... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Les jeunes Jason Desjarlaits et Xavier Grégoire faisaient partie des quelque 50 bénévoles qui étaient à pied d'oeuvre pour assurer un service à l'auto rapide pour les familles dans le besoin samedi.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Près de 275 familles sont passées par la Fondation Rock-Guertin samedi matin pour recueillir un panier de la rentrée qui les aidera à mieux absorber les coûts liés au début de l'année scolaire. Tout autant d'exemples différents qui empêchent de circonscrire la pauvreté à un stéréotype dépassé.

« Ça peut être un couple dont les deux travaillent mais passent un moment difficile, un parent monoparental, un mauvais coup du sort, la maladie, explique le directeur général, de la Fondation Rock-Guertin, Denis Fortier. On le dit souvent que le visage de la pauvreté change, mais c'est vrai. Ce n'est pas seulement des gens sur l'aide sociale. C'est important de leur donner un coup de main. »

Entre 9 h et midi, des familles ciblées dans les écoles de la CSRS pouvaient passer pour recueillir un panier de denrées alimentaires d'une valeur de 300 $.

Sarah Laplante, qui est intervenante pour la maison Jeunes-Est, signale que les profils des familles dans le besoin sont multiples et que celles-ci ne cessent d'augmenter.

« On a affaire à des familles défavorisées autant socialement qu'économiquement. On a aussi beaucoup de familles qui ne parlent pas très bien français, qui viennent d'arriver au Québec et qui ne savent pas comment ça fonctionne. On a aussi de super belles familles qui vivent simplement un coup dur. Ça fait quatre ans qu'on participe au Panier de la rentrée et il y a de plus en plus de demandes ; et ça vient de M. et Mme Tout-le-Monde », constate celle qui récupérait les paniers de trois familles samedi.

Certains attendaient même depuis plus d'une heure pour être parmi les premiers à l'obtenir, relate le bénévole Jean-François Grégoire.

« Ça montre que les gens en ont réellement besoin. Les besoins sont là. Le coût de la rentrée des classes est exorbitant. Peu importe le niveau, que ce soit au primaire ou au secondaire, dépendamment du nombre d'enfants qu'on a, ça coûte excessivement cher. Si on peut aider les familles en enlevant le fardeau de nourrir les enfants pendant une semaine ou deux, ça peut leur permettre d'acheter ce que leur enfant nécessite pour la rentrée. »

« On a beau dire que notre système scolaire est gratuit, mais en réalité, on a des vêtements à acheter, du matériel scolaire et le prix monte rapidement. Avoir un panier de 300 $, c'est très apprécié à ce moment », mentionne Mme Laplante.

« C'est bien de pouvoir compter sur un organisme comme ça », opinait une mère de famille venue chercher son panier.

« Les difficultés sont financières, c'est certain, et on a toujours besoin d'aide, comme plusieurs autres familles à ce qu'on peut constater ici. »

Quatre générations de bénévoles

Une cinquantaine de bénévoles étaient à pied d'oeuvre pour assurer un service à l'auto rapide pour les familles. Parmi eux se trouvait la famille Grégoire, qui compte depuis six ans sur Serge, Daniel, Jean-François, Xavier, Laurence, Zachary et Chloé, soit quatre générations pour appuyer la Fondation Rock-Guertin.

« Mon père n'avait pas de gardienne et il m'a amené un soir. À partir de ce moment-là, je demandais à revenir et ça fait plus de 30 ans maintenant, se rappelle Jean-François Grégoire. Aujourd'hui, il arrive la même chose avec mes enfants. On essaie de leur inculquer les notions de partage et d'entraide pour redonner au suivant. Mon grand-oncle Serge fait partie du c.a. de la Fondation, c'était un ami personnel de Rock Guertin et ça a toujours été important. »

« Je ne sais pas comment le dire vraiment, mais j'aime ça aider le monde, résume simplement son fils Xavier, 12 ans. Savoir que je peux aider les gens en leur donnant de la nourriture, ça représente beaucoup. Je trouve ça important de le faire et c'est pour ça que je reviens chaque année »

Il s'agissait de la cinquième édition des Paniers de la rentrée, « une aide qui ne pourrait pas être prodiguée sans l'appui de nombreux partenaires », tient à rappeler Denis Fortier.

Cette année les compagnies IMMEX société immobilière et Global Excel se sont jointes au restaurant Auguste et à André Roy, Diégo Zoll et François Chouinard, organisateurs du Souper des Homards pour les enfants tenu le 11 mai dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer