Fonds de relance pour Thetford Mines?

La députée Karine Vallières s'est faite cinglante à... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

La députée Karine Vallières s'est faite cinglante à propos de certains commentaires du chef de la CAQ.

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) Certains propos tenus vendredi dernier à Thetford Mines par le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, ont soulevé l'ire et de la députée du comté de Richmond, Karine Vallières, et du maire d'Asbestos, Hugues Grimard. Ces derniers n'ont pas manqué de déplorer l'opportunisme politique dont il a nouveau fait preuve, à leur avis.

« Thetford Mines devrait avoir le droit de profiter également du fonds de 50 millions $ du gouvernement du Québec qui est réservé uniquement à la région d'Asbestos à la suite de la fermeture de Mine Jeffrey, il y a déjà quelques années. Lors de la fermeture de la centrale Gentilly à Bécancour et de l'usine de GM à Boisbriand, où les impacts ont été majeurs, des sommes avaient été accordées par l'État », propos du politicien François Legault rapportés par le Courrier Frontenac.

« Dans ce cas-ci, le fonds de 50 millions $ est utilisable seulement par Asbestos, alors que Thetford Mines est touché. En plus, celui-ci n'est pas utilisé. Il serait normal que votre région puisse y avoir accès parce que vous avez beaucoup de projets. Cela devrait être un fonds de diversification économique en raison des impacts de l'arrêt des activités dans le secteur de l'amiante. Il n'y a pas d'arguments logiques pour que ce soit seulement Asbestos qui y ait droit », a également déclaré le chef de la CAQ qui amorce sa tournée estivale dans tout le Québec.

En réaction à ces propos et se portant à la défense de son milieu et de sa région, la députée Karine Vallières s'est faite cinglante. « Il ne connaît pas la situation propre à Asbestos et semble-t-il, les raisons de la fermeture de la mine Jeffrey, laquelle était en opération avant le retrait d'un prêt consenti par le gouvernement, lequel retrait a produit la fermeture. À Thetford Mines, les mines étaient déjà fermées à cette époque. Ce retrait a engendré la mise en place d'un fonds de diversification. Il est faux de prétendre que ce fonds n'est pas utilisé. Nous avons un bilan qui prouve une bonne progression ».

« Il manque d'honnêteté en faisant de l'opportunisme au détriment des gens que je représente, une attitude propre à celle employée d'ailleurs dans d'autres dossiers. Il n'est pas question de laisser passer cela. Sa position est complètement déconnectée de la réalité. Il saisit très mal la réalité vécue, l'historique d'Asbestos versus celle de Thetford Mines. Le dossier du fonds de diversification progresse bien, plusieurs annonces ont été faites et plusieurs dossiers sont sur la table des décideurs », fait-elle mention.

La députée Vallières ne nie pas les besoins propres à Thetford Mines, mais elle déplore la lecture dont en fait François Legault pour leur venir en aide. Par ailleurs, elle s'est dite surprise que le député du comté voisin de la MRC des Sources, Sébastien Schneeberger, qui couvre Saint-Rémi-de-Tingwick, où des travailleurs de la mine résidaient, n'est pas mieux informé son chef, lui qui était sur place aussi.

« Grande méconnaissance »

Le maire d'Asbestos, Hugues Grimard, abondait sensiblement dans le même sens. « Il devrait connaître l'impact actuel de notre fonds de diversification sur notre territoire et le contexte ayant prévalu pour sa mise en place. François Legault a fait preuve d'une très grande méconnaissance du milieu, du fonds de diversification et de ses réalisations. Je déplore les propos qu'il a tenus et je ne les partage aucunement. Un homme d'affaires comme il se prétend, à l'habitude d'analyser un dossier avant de réagir, de commenter un dossier, il y a eu un manque évident de sa part ».

Le maire rappelle qu'une entente avait été convenue et signée avec le gouvernement alors en place pour le développement sous-terrain de la mine Jeffrey. Son président, Bernard Coulombe, s'était engagé à investir 25 M$ dans un plan de diversification économique du milieu. Un contexte économique particulièrement difficile fut le résultat du retrait du prêt consenti, d'où la mise en place du fonds de diversification.

« Je l'invite à venir nous rencontrer dans sa tournée pour mettre les pendules à l'heure. On ne l'a pas vu à Asbestos à ma connaissance depuis qu'il a entrepris sa carrière politique. Ce que je souhaite d'abord, c'est de m'assurer d'une bonne compréhension du dossier de sa part avant qu'il commente ou prenne une position qui m'apparaît inexplicable », insiste le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer