Une jeune conductrice blessée par son coussin gonflable

Chanelle Champagne a subi des brûlures au visage,... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Chanelle Champagne a subi des brûlures au visage, au cou, à l'épaule et à la main lorsque le coussin gonflable de sa voiture s'est déployé alors qu'elle était stationnée.

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Après qu'un coussin gonflable se fut déployé sans raison apparente, causant des brûlures au cou et au visage de sa fille, une mère sherbrookoise exige des explications de la part de Volkswagen Canada.

Chanelle Champagne, 19 ans, tournait tout bonnement ses clés dans le contact de sa voiture afin de quitter le stationnement du restaurant A & W, le 7 mai dernier, lorsque le coussin gonflable de sa Golf Cabriolet 1997, du côté conducteur, s'est soudainement déployé.

« C'est difficile pour moi de raconter ce qui s'est passé, parce que j'étais sonnée pas mal, mais ce dont je me rappelle, c'est que je parlais à ma soeur, assise à côté de moi. Je sais que j'ai tourné ma clé - je ne sais pas si le moteur a démarré - et le coussin a ouvert. J'ai revolé contre le banc. Sur le coup, je pensais que quelque chose venait d'exploser proche de l'auto ou que quelque chose était tombé dessus. »

Lorsqu'elle parvient à détacher sa ceinture de sécurité et à sortir de son véhicule, Chanelle demande à sa soeur, âgée de 16 ans, d'aller chercher de l'aide à l'intérieur de l'établissement pendant qu'elle s'assied par terre, adossée à la voiture.

« Deux minutes après, je perdais la vue complètement, raconte-t-elle. Ç'a pris environ dix minutes avant que ça revienne. J'étais brûlée à la mâchoire, au cou et à l'épaule gauche. J'étais fendue à la gorge et ma main qui était sur le volant était aussi brûlée et complètement engourdie. »

Souffrant également d'une entorse cervicale, la jeune femme est transportée à l'hôpital, où elle est rapidement transférée en traumatologie.

Origine mystérieuse

Heureusement, tout s'est bien terminé pour Chanelle : mis à part un suivi en physiothérapie qui devrait bientôt être du passé, une légère crainte d'être assise à l'avant d'une voiture et une discrète cicatrice sur la gorge, la Sherbrookoise est sortie indemne de ce triste événement.

Quant à sa mère, Vicky Bouchard, elle tente depuis plusieurs semaines de comprendre l'origine du problème, sans réponse satisfaisante de la part de Volkswagen Canada.

Lorsqu'elle a contacté l'entreprise pour la première fois, on lui a conseillé d'envoyer la voiture au concessionnaire Volkswagen le plus près afin qu'elle soit inspectée, ce qu'a fait Mme Bouchard.

À la suite de cette inspection, le constructeur a indiqué qu'étant donné qu'un démarreur à distance et une radio avaient été installés dans la voiture après son achat, la défectuosité du coussin gonflable ne lui était pas attribuable. Une conclusion que Vicky Bouchard considère comme incohérente.

« Quand on regarde, on voit très bien que ce sont les fils d'origine qui ont brûlé, et pas du tout ceux du démarreur à distance ou de la radio, qui ne vont même pas à la même place! », déplore-t-elle.

« J'ai tellement fait de recherches concernant les coussins gonflables, et je me suis aperçue que tout le monde à qui c'est arrivé se fait répondre la même chose que moi. (...) Les autres spécialistes que j'ai consultés m'ont dit que je faisais rire de moi. »

« La National Highway Traffic Safety Administration, qui est l'équivalent de Transports Canada aux États-Unis, a déjà eu deux plaintes pour le même problème sur le même véhicule, le même modèle que ma fille, ajoute-t-elle. Alors je me dis qu'on ne peut pas tous avoir un démarreur à distance défectueux. »

Malgré sa frustration, Vicky Bouchard se fait claire : loin d'elle l'idée de se lancer dans une poursuite contre Volkswagen Canada. Ce qu'elle désire, c'est surtout que le constructeur prenne ce problème au sérieux.

« Je ne veux pas qu'on me donne 30 ou 40 000 $, dit-elle. Je veux seulement connaître la vraie raison de ce qui s'est passé, et que Volkswagen s'ouvre les yeux pour éviter que ça se reproduise. Oui, ça serait bien s'il pouvait me rembourser tous les frais de remorquage et de fourrière que j'ai dû payer, mais je veux surtout que ça n'arrive pas à quelqu'un d'autre. Cette fois-ci, ça s'est passé dans un stationnement, mais si la prochaine fois c'est sur la route, ça pourrait être beaucoup plus grave.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer