Richmond se mobilise pour le Couvent Mont-Saint-Patrice

Nancy Pelletier, directrice du Centre d'art de Richmond.... (Archives La Tribune)

Agrandir

Nancy Pelletier, directrice du Centre d'art de Richmond.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vincent Lambert
La Tribune

(Richmond) Afin de sauvegarder le Couvent Mont Saint-Patrice comme élément important du patrimoine à Richmond, un groupe de gens influents de la région a été mis sur pied et une campagne de financement sera lancée l'an prochain.

« Le couvent du Mont Saint-Patrice est une grosse bâtisse patrimoniale. Il y avait une lourdeur financière de la maintenir comme telle. Le toit doit être refait et il y a beaucoup de mise aux normes nécessaires. Ça devient extrêmement lourd pour un organisme à but non lucratif et un centre de diffusion », explique Nancy Pelletier, directrice du Centre d'art de Richmond.

«Refaire une toiture de plusieurs centaines de milliers de dollars devenait impossible à assumer», ajoute-t-elle.

Afin de surmonter ces problèmes, un nouvel organisme a été mis sur pied, soit la Corporation du couvent Mont Saint-Patrice.

« Ces gens pourront se concentrer sur la bâtisse et le Centre d'art pourra, lui, mettre son énergie sur la diffusion des arts et de la culture », précise Mme Pelletier. Le Centre d'art est toujours localisé au deuxième étage du couvent. « On a besoin de l'un et l'autre, car on est leur plus gros locataire présentement », ajoute la directrice.

Deux phases

Le but de la campagne de financement sera d'assurer la pérennité de l'édifice et de préserver son intégrité à l'aide d'autofinancement.

La Corporation espère améliorer les conditions de location pour attirer de nouveaux usagers de la sphère culturelle et communautaire. La conservation du Centre d'action bénévole, du Centre d'art de Richmond, du Club de l'âge d'or et de la Popote fera aussi partie des objectifs

.

Deux phases seront nécessaires pour le plan de financement. D'abord, on sollicitera la contribution des instances publiques; ensuite on élaborera un montage financier qui comportera entre autres une collecte de fonds auprès de la population.

« Le couvent a besoin d'amour et on a fait des demandes auprès des paliers de gouvernement pour trouver les fonds », explique Benoît Saint-Pierre, président de la corporation.

« Le financement se fera donc à partir des programmes gouvernementaux et d'une campagne de financement au travers la population », ajoute-t-il.

Pour l'éventuelle campagne du couvent, la Corporation espère amasser 1 500 000 $. « On va d'abord s'adresser aux gens les plus nantis et on va faire appel aux fondations qui existent et qui supportent les différentes activités du couvent. La campagne devrait commencer de façon publique l'année prochaine », soutient M. Saint-Pierre.

Cette corporation, comptant un conseil d'administration de dix personnes, a pour but de prendre soin du couvent et de le conserver. «Certains locataires pensaient s'en aller à un certain moment. Là, on est en train de mettre en place le programme d'activités. C'est très viable comme bâtiment, mais il a besoin d'un investissement significatif. Les gens ont répondu, c'est donc encourageant. On est tous motivés autour de ce projet », assure le président.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer