Les FantastiX remplissent leur mission

Les cinq superhéros formant Les FantastiX ont ébahi... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Les cinq superhéros formant Les FantastiX ont ébahi les spectateurs lors de leur premier spectacle au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke vendredi soir.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

(Sherbrooke) L'arrivée de la troupe des FantastiX au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke ne passera pas inaperçue. Son spectacle plein d'humour, qui mêle hypnotisme, illusionnisme et mentalisme, étonne les spectateurs autant qu'il les laisse pantois.

Pour sa première représentation, cette mégaproduction associant la France au Québec n'a fait que surprendre le public du début à la fin.

Directement arrivés de 2082, les FantastiX sont rudement mis à l'épreuve pour devenir les prochains maîtres de la société MentiX Mantra. Ils doivent ébahir 2016 pour remplir leur mission, guidé par le passeur Gao, un magicien et dompteur animalier.

Avec la participation active des petits et des grands de la salle, les cinq FantastiX ont, entre autres, fait apparaître aussi vite qu'ils ont fait disparaître une multitude d'objets... et de personnes.

« Le collier que Gao a fait apparaître dans une flamme au tout début du spectacle était encore chaud lorsqu'il me l'a remis », raconte une spectatrice, Louise Labonté, en montrant ledit pendentif doré.

Un numéro incluant une dizaine de personnes a également attiré l'attention. « Quand il y avait plusieurs personnes sur la scène qui faisaient les serpents par terre, c'était mon moment préféré jusqu'à présent », souligne Félix-Olivier Plante pendant l'entracte.

Après avoir fait un voyage, un peu contre leur gré, les hypnotisés se rappelaient avoir imité un serpent, et même avoir été dans un avion en direction d'îles exotiques. Ce fameux moment sur scène a abasourdi la salle, mais surtout les participants.

« J'étais consciente, mais j'avais perdu mes moyens », explique Laurence Tanguay sur la scène.

Isabelle Jutras a également été très réceptive aux pouvoirs de Val, le magnétiseur et chef d'orchestre du numéro.

« Tu ne veux pas faire ce qu'il te dit, parce que tu sais que c'est un tour, mais c'est plus fort que toi. »

Très théâtralement, l'équipe d'artistes mentalistes a tenu en haleine la foule qui ne demandait qu'à participer davantage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer