Fortin se dit « réceptif » à soutenir les médias régionaux

Le ministre de la Culture, Luc Fortin, se... (123RF)

Agrandir

Le ministre de la Culture, Luc Fortin, se dit « extrêmement réceptif»  à l'idée de venir en aide aux médias régionaux « afin d'assurer leur pérennité ».

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le ministre de la Culture, Luc Fortin, se dit « extrêmement réceptif»  à l'idée de venir en aide aux médias régionaux « afin d'assurer leur pérennité ».

Selon lui, la diversité de l'information est un enjeu « fondamental pour la démocratie » et il compte de « poser des gestes structurants » qui bénéficieront aux médias régionaux, incluant les journaux.

Interrogé en marge des consultations publiques sur le renouvellement de la politique culturelle québécoise qui se termineront le 29 août, le ministre Fortin s'est même dit « malheureux » de constater à quel point la situation des médias régionaux a été peu abordée lors des audiences tenues jusqu'ici dans 11 des 18 villes du Québec.

« Je sais que nous allons avoir quelques mémoires à cet effet au cours des prochaines séances, mais jusqu'ici nous en avons reçu très peu », a déploré le ministre et député de Sherbrooke, qui espère que les huit dernières séances lui permettront d'alimenter le débat sur l'avenir des médias régionaux.

« La diversité de l'information en région, c'est fondamental pour la démocratie. On doit s'assurer qu'il y a une diversité de l'information pour que les gens puissent se faire leur propre opinion, a-t-il déclaré à La Tribune. Il y a déjà une réflexion en cours au Ministère à cet effet quant à savoir les gestes que l'on peut poser pour mieux soutenir les médias, et particulièrement les médias en région. J'ai tendu quelques perches à des gens pour qu'ils viennent s'exprimer... Ce que je dis souvent dans les consultations, c'est qu'il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises recommandations. Tout est sur la table pour moi. Les consultations, les mémoires et les représentations qu'on va recevoir vont alimenter notre réflexion, Mais pour moi, il est très clair qu'il y aura des gestes à poser pour soutenir les médias régionaux. »

Médias écrits

Lors d'un colloque tenu en mars dernier à Québec, plusieurs éditeurs de journaux, dont Groupe Capitales Médias (propriétaire de La Tribune) ont émis le souhait que le gouvernement du Québec intervienne afin de les soutenir face à la concurrence « déloyale » que leur livrent les grands agrégateurs que sont Google, Facebook et Yahoo.

Une étude de la firme MCE Conseil, dévoilée lors de ce colloque, recommandait entre autres deux mesures: la création d'un fonds des médias, financé à même une taxe sur les services internet résidentiels et les données cellulaires, ainsi que l'abolition de la taxe sur le recyclage qui prive les journaux de revenus nécessaires à leur survie.

« Quand on parle des médias (lors des consultations), on a une pensée particulière pour les médias écrits. On sait que la difficulté est de ce côté-là. C'est la même chose pour les médias communautaires. Ce qu'on vise, c'est de poser des gestes structurants afin d'assurer la pérennité de ces médias », a souligné le ministre. « L'ensemble de ces recommandations fait l'objet d'analyse à mon ministère. Cette idée de taxer les services internet résidentiels et la téléphonie cellulaire fait partie des recommandations qu'on a déjà reçues. Est-ce qu'on va aller de l'avant avec cette idée-là? Il est encore trop tôt pour le dire, mais j'accueille toutes les propositions qui me seront faites en ce sens. »

La dernière séance de consultation publique sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec aura lieu à Sherbrooke le lundi 29 août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer