Des chants marins pour toutes les côtes

Claude Rayon (à droite) et les quatre autres... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Claude Rayon (à droite) et les quatre autres musiciens-chanteurs de Strand Hugg sont de passage au Festival des traditions du monde pour faire revivre les chants marins à la sauce folk.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Dans le langage viking, Strand Hugg signifie raid sur la côte. Mais pour le groupe de folk marin du même nom, le seul raid auquel ses membres aspirent est celui des coeurs et de la mémoire. Car s'il est une mission que s'est donnée Strand Hugg, c'est celle de célébrer les chants marins, comme on les célèbre encore aujourd'hui sur les côtes de Bretagne ou de Normandie.

Strand Hugg en est à sa première présence au Festival des traditions du monde qui se termine dimanche au parc Quintal. Et si l'on en juge par les commentaires des spectateurs qui prennent la peine d'aller les saluer après chacune de leur prestation, on peut présumer qu'il y aura un rappel.

« Tout le monde se retrouve dans ces chansons, soumet Claude Rayon, l'un des cinq membres du groupe. On n'a pas besoin d'être marin pour chanter des chansons de marins. De toute façon, on est tous un peu marins dans l'âme... même si on ne sait pas naviguer. »

Outre Claude Rayon, Starnd Hugg est composé de quatre autres musiciens-chanteurs: Pierre Pichard, Jacky Beaucé, Deny Lefrançois et Yanick Beaucé.

Bien que les racines de Strand Hugg soient de Granville au Mont-Saint-Michel, le folk marin qu'il revendique vient de toutes les côtes, qu'elles soient normandes, bretonnes ou anglaises.

« Les chansons anglaises, on les arrange à notre façon, poursuit Claude Rayon, c'est-à-dire qu'on leur a piqué l'air et on a mis nos paroles. Comme ils ont voté pour le Brexit, ils n'ont plus rien à dire... », ajoute-t-il, l'oeil moqueur.

« Chez nous, que ce soit en Normandie ou encore en Bretagne, il y a toujours une tradition de mer. Il y a des gens, encore aujourd'hui, qui perpétuent ces chansons. »

Starnd Hugg le fait avec une panoplie d'instruments, allant de l'accordéon à la cornemuse irlandaise, en passant par la flûte, le violon, le banjo, la mandoline, la guitare et même le ukulele.

« On dit qu'on chante du folk parce qu'on ne chante pas les chansons comme elles étaient chantées à l'époque sur les grands bateaux. De toute façon, on sait, par tradition, qu'une fois en mer, on adaptait déjà les chansons. »

À quoi fait référence le folk marin ?

« Ça évoque toute l'histoire, toute la mémoire des gens de la mer. Il y a, dans ces chansons-là, les joies, les peines et tout ce qui peut survenir durant les grandes traversées. »

Passeurs de mémoire

De par le fait qu'ils disposent d'un savoir séculaire, les membres de Strand Hugg se définissent d'abord comme des passeurs de mémoire.

« Pour nous, il est important que ces chants ne soient pas oubliés. Et tant qu'il y aura des gens, jusqu'ici au Québec, qui apprécieront ces chansons, on sera là pour les interpréter », avance Claude Rayon.

Strand Hugg sera au Festival des traditions du monde jusqu'à dimanche. Après quoi, celui-ci mettra le cap sur le festival de Saint-Jean Port-Joli, avant de conclure son périple sur les côtes d'Amérique au Festival celtique de Québec.

Les traditions font fi dela météo

Même si le soleil ne prévoit pas être au rendez-vous cette fin de semaine, les festivaliers sont invités à venir braver le mauvais temps au Festival des traditions du monde. Samedi et dimanche seront remplis d'activités à ne pas manquer dans les différents pavillons intérieurs du Festival. Voici une sélection d'incontournables faits en collaboration avec la directrice générale de l'événement, Malika Bajjaje.

NIALL O'LEARY

Pub irlandais, samedi 14 h et 18 h

Venant directement de New York pour les Traditions du monde, cette troupe de danse irlandaise promet de faire vibrer le Pub irlandais samedi. Les artistes proposent une sélection de danses et de chansons incontournables de la culture irlandaise.

ÄL JAWALA

Scène Loto-Québec, samedi 19 h

D'origine franco-allemande, ce groupe propose des rythmes orientaux agencés à plusieurs styles musicaux pour créer le Balkan big beats. Ce mélange des genres et des racines est la preuve que la culture fait tomber les frontières.

EDITH BUTLER

Shack d'Amérique, samedi 21 h

De retour après une pause, Edith Butler sera aux Traditions du monde pour présenter son nouveau matériel ainsi que ses classiques. La chanteuse offrira un spectacle musical, humoristique et rempli d'authenticité comme elle sait si bien le faire.

RAQUY DÜM RHYTHM CELEBRATION

Palais d'Orient, samedi 15 h et dimanche 18 h 45

Les percussions s'invitent au Palais d'Orient avec le groupe Raquy Düm Rhythm Celebration. Composé d'artistes qui ont métissé les genres, le groupe compose lui-même ses pièces inspirées de la musique turque, mais également du funk, de la samba voire du hip-hop.

SPECTACLE COLLECTIF DE LA FÊTE DES MORTS

Scène Desjardins, dimanche 18 h

Los Viejha, Mamselle Ruiz et le Ballet mexicain de Montréal mettent en scène la Tilica et feront vivre la fête des Morts aux festivaliers dimanche. La musique et danse célèbreront cette tradition mexicaine et rendront hommage aux ancêtres.  Avec Charlotte R. Castilloux

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer