Liste d'attente : une « bonne nouvelle », selon Barrette

Le ministre de la Santé et des Services... (Archives, La Presse)

Agrandir

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Dr Gaetan Barrette, n'est vraiment pas inquiet devant l'augmentation du nombre de patients en Estrie sur la liste d'attente pour un médecin de famille.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

(Sherbrooke) Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Dr Gaetan Barrette, n'est vraiment pas inquiet devant l'augmentation du nombre de patients en Estrie sur la liste d'attente pour un médecin de famille.

Appelé à commenter un reportage publié jeudi dans La Tribune, il s'est empressé de lancer qu'il s'agit d'« une bonne nouvelle. Ça signifie que ça fonctionne », tout en soulignant que le scénario est similaire partout en province. « L'outil est accessible, facile et connu, maintenant. Il est victime de son succès. » Il ajoute que les Québécois veulent avoir accès à un médecin, et que ceux qui avaient un peu abandonné la bataille voient la lumière au bout du tunnel.

Dans ce reportage, La Tribune révélait que la liste d'attente pour avoir accès à un médecin de famille s'est allongée depuis la mise en place du guichet d'accès unique à un médecin de famille (GAMF) au printemps 2016. Depuis le 1er août 2015, 6598 personnes se sont ajoutées à la liste d'attente, pour un total de 28 393 personnes en Estrie, si l'on additionne les données du réseau local de services d'Asbestos qui avaient été omises jeudi. (Sur ce territoire alors désigné comme le CSSS des Sources, ce sont 312 personnes qui se sont ajoutées à la liste d'attente depuis un an, la portant de 1513 à 1825 personnes.)

Depuis son implantation dans le système de santé, cette nouvelle façon de faire, qualifiée de « moderne » par le ministre, aura permis à 250 000 personnes d'enfin trouver un médecin de famille. Pour le 31 décembre 2017, le gouvernement libéral veut que 85 pour cent de la population du Québec soit prise en charge par un médecin. « Il reste encore du chemin à faire, mais l'objectif est atteignable », mentionne Dr Barrette.

« C'est l'engagement pris par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) d'arriver à destination le 31 décembre 2017. L'ensemble des médecins doit s'impliquer pour que ça fonctionne », précise le ministre de la Santé, qui croit que le système de santé a la capacité d'accueillir tous ces nouveaux patients.

Certaines balises ont été déterminées pour favoriser la réussite des médecins. « S'il y a trop de retard, on s'attend à ce que la FMOQ intervienne auprès de ses membres », ajoute le ministre. Actuellement, un médecin qui pratique à l'hôpital et en cabinet doit avoir une liste de 1000 patients pour remplir les normes.

Pas les bonnes mesures

De son côté, la porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé et d'accessibilité aux soins, Diane Lamarre, croit que les mesures du ministre Barrette ne répondent pas aux besoins de la population. « C'est sa manière de faire de la politique : gestion à distance et centralisation », explique-t-elle.

Elle croit que le nouveau système aurait dû faire fondre rapidement la liste d'attente, surtout en éliminant les nombreux doublons que le système comprenait. « Ça montre simplement que ça ne fonctionne pas. Le système est trop gros, les patients ne savent pas par quelle porte entrer pour voir un médecin rapidement. L'hôpital ne devrait pas être leur seule option, mais ils n'ont pas de médecin de famille. »

Près de 2,2 millions de Québécois sont toujours orphelins, déplore-t-elle. « Quand je suis rentrée à l'Ordre des pharmaciens du Québec en 2009, les statistiques étaient les mêmes qu'aujourd'hui. Rien ne change, les gens attendent encore, ils sont même plus nombreux sur la liste d'attente. Et quand on parle de 2,2 millions de Québécois, on ne parle pas de consultation; seulement d'avoir une porte d'entrée vers des services médicaux. »

Malgré plusieurs appels, La Tribune n'a pas réussi à prendre contact avec un des membres de l'exécutif de l'Association des médecins omnipraticiens de l'Estrie pour avoir leurs commentaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer