La liste d'attente pour trouver un médecin s'allonge

Pas moins de 26 568 personnes sont inscrites... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Pas moins de 26 568 personnes sont inscrites en attente d'un médecin de famille en Estrie, selon les données les plus récentes de la Régie de l'assurance maladie du Québec.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Quatre mois après la mise en place du guichet d'accès unique à un médecin de famille (GAMF) par le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, le défi reste entier pour répondre à la demande de la clientèle orpheline.

De fait, le nombre d'Estriens enregistrés au GAMF était de 26 568 personnes au 1er août 2016, en hausse de 6286 sur le total de la clientèle inscrite au 1er août 2015 dans les six guichets d'accès à la clientèle orpheline (GACO) de la région, alors gérés par les six centres de santé et de services sociaux du territoire.

Selon les données transmises par la Régie de l'assurance maladie du Québec, qui héberge désormais cette banque de données unique, les réseaux locaux de santé du Granit, de Coaticook et de Sherbrooke ont connu la plus forte augmentation, tandis que le Val-Saint-François et le Memphrémagog sont en baisse.

Responsable des relations avec les médias à la RAMQ, Marc Lortie tient d'abord à préciser que les données des deux systèmes ne sont pas nécessairement comparables « puisque des validations à partir des systèmes de la RAMQ ont permis d'établir un meilleur portrait de la clientèle en attente d'un médecin de famille ».

Cela étant dit, M. Lortie ajoute, dans un échange de courriels avec La Tribune, que plusieurs facteurs peuvent expliquer qu'il y ait plus de patients inscrits au guichet actuel que dans l'ancien système.

« Par exemple, la retraite d'un ou plusieurs médecins faisant en sorte que plusieurs patients deviennent orphelins; la publicité entourant l'utilisation du GAMF qui augmente le nombre de personnes désirant s'y inscrire; et de nouvelles inscriptions dans l'ancien système entre le 1er août 2015 et le 11 avril 2016 » (soit la date de la mise en ligne du GAMF), écrit-il.

M. Lortie explique par ailleurs que la validation de la clientèle inscrite à partir du système de la RAMQ a permis d'établir un meilleur portrait de la clientèle, puisqu'on a pu « exclure des personnes comptabilisées plus d'une fois, des personnes déjà inscrites à un médecin de famille et des personnes décédées ».

Quant à savoir comment les régions du Val-Saint-François et de Memphrémagog ont réussi à abaisser le nombre de citoyens en attente d'un médecin de famille, M. Lortie évoque quatre possibilités, soit l'arrivée de plusieurs médecins fraîchement diplômés dans la région, peu de départs à la retraite, la prise en charge de patients par des médecins en pratique privée et le déménagement de personnes en attente dans d'autres régions.

Rappelons que le GAMF a été mis en place par le ministre Gaétan Barrette en avril dernier dans la foulée de l'entente de principe signée avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec concernant l'amélioration de l'accès aux médecins de famille. Chaque patient inscrit est évalué selon une grille standardisée et on lui attribue une priorité d'un à cinq.

« Ce nouveau système augmentera la capacité de répondre efficacement aux demandes des usagers et améliorera la fluidité des références entre les usagers et les médecins de famille », a alors promis M. Barrette.

L'entente entre le gouvernement du Québec et la FMOQ prévoit que 85 % de la population du Québec sera inscrite auprès d'un médecin de famille d'ici le 31 décembre 2017. En Estrie, 78,4 % de la clientèle était prise en charge au 31 décembre 2015, soit la plus récente donnée disponible au MSSS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer