Un jeune père accusé de violence sur son poupon

Un homme de 21 ans de Lambton est... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Un homme de 21 ans de Lambton est détenu à la prison Talbot de Sherbrooke au moins jusqu'à vendredi pour avoir vraisemblablement blessé gravement son bébé d'à peine un mois.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un homme de 21 ans de Lambton est détenu à la prison Talbot de Sherbrooke au moins jusqu'à vendredi pour avoir vraisemblablement blessé gravement son bébé d'à peine un mois.

L'individu a été accusé de voies de fait graves au palais de justice de Sherbrooke sur sa fillette de tout juste 30 jours. Une ordonnance de non-publication empêche d'identifier l'accusé pour ne pas identifier la victime alléguée.

La direction de protection de la jeunesse (DPJ) est intervenue dans le dossier et a retiré la garde aux parents.

Les événements en cause seraient survenus le 3 août dernier au domicile du couple à Lambton. L'enfant a été conduit au centre hospitalier de Saint-Georges-de-Beauce pour soigner ses blessures. Devant la gravité de son état, il a été transféré dans un hôpital de Québec. Le bébé aurait subi des fractures au fémur, au tibia et présente des ecchymoses. On ne craindrait pas pour sa vie.

Le suspect dans cette affaire a été arrêté le 6 août par les enquêteurs du service des crimes majeurs de la Sûreté du Québec. L'accusé a fourni une déclaration sur sa version des événements aux policiers.

Le dossier a été soumis à la procureure aux poursuites criminelles, Me Joanny Saint-Pierre, qui a porté une accusation de voies de fait grave passible d'une peine d'incarcération maximale de 14 ans. L'individu a comparu devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec. La poursuite s'est opposée à la remise en liberté du père. Son avocate Me Audrey Parizeau a reporté le dossier au 12 août prochain pour l'enquête sur remise en liberté.

L'accusé possède un antécédent judiciaire en matière de violence et de stupéfiants. Il se trouvait en probation au moment des faits qui lui sont reprochés. Une accusation de bris de probation pour avoir troublé l'ordre public et avoir une bonne conduite a été portée contre lui.

Selon le dernier bilan de la DPJ-Estrie, 242 cas d'abus physique ont été retenus en 2015-2016, dont 67 pour des enfants de 0 à 5 ans.

Dans l'ensemble du Québec, ce sont 8359 cas d'enfants victimes d'abus physique qui ont été retenus par la DPJ au cours de la dernière année. Avec 2127 cas, les 0-5 ans représentent le deuxième groupe en importance du nombre après celui des 6-12 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer