Gare à la surconsommation d'eau

Ayant noté une augmentation de la consommation d'eau potable lors des dernières... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Ayant noté une augmentation de la consommation d'eau potable lors des dernières semaines, sans doute attribuable aux chaudes journées, la Ville de Sherbrooke rappelle à ses citoyens l'importance de respecter la règlementation sur l'arrosage et l'utilisation extérieure de l'eau.

« La surconsommation fait en sorte que dans une même conduite, sur une rue, il peut y avoir une incapacité de fournir assez d'eau. Ce n'est pas qu'il manque d'eau dans le lac Memphrémagog, dans le cas de Sherbrooke, mais c'est qu'il peut en manquer dans une conduite. Et si on a un hôpital à l'autre bout, par exemple, l'hôpital peut manquer d'eau pour soigner ses malades », explique Michel Cyr, chef de la division gestion des eaux à la Ville de Sherbrooke.

« C'est très important que les gens respectent la réglementation sur l'arrosage des pelouses, le lavage des automobiles, etc., indique-t-il. On n'a passé proche d'être à court d'eau nulle part (...) mais on voit une certaine surutilisation présentement, alors on souhaite que les gens fassent un effort à ce niveau-là. »

Les périodes autorisées pour l'arrosage des pelouses, des vivaces, des haies, des arbres et des arbustes sont les dimanches et les mercredis, entre 20 h et 23 h, si on utilise un pistolet d'arrosage, un arroseur ou un arrosoir. Quant aux systèmes programmés munis d'une sonde d'humidité, ceux-ci sont autorisés les dimanches et les mercredis, entre 5 h et 7 h

« Pour les jardins, l'arrosage est permis en tout temps, mais seulement si c'est manuel ou au pistolet, pas l'arrosoir automatique qui gicle constamment », ajoute M. Cyr.

Les contrevenants peuvent s'exposer à des amendes allant jusqu'à 200 $, mais Michel Cyr explique que celles-ci constituent une solution de dernier recours pour la Ville.

« Notre façon de faire, c'est d'informer les gens comme il faut pour avoir une bonne collaboration de leur part. (...) On vise à ce que les gens comprennent et appliquent la réglementation sans avoir à leur donner des amendes. »

Le chef de la division gestion des eaux rappelle également que lorsque les pelouses jaunissent en période de sécheresse, il est inutile de les arroser davantage. Elles entrent en dormance et deviennent jaunes afin de mieux résister au stress : elles ne sont donc pas mortes et reverdiront avec la pluie.

« On peut aussi laisser sa pelouse plus longue en temps sec, pour qu'elle puisse se faire sa propre ombre et demeurer plus humide », indique-t-il.

Évolution des chantiers

La semaine dernière, l'aménagement paysager à l'intersection des rues Galt Ouest et Alexandre a été complété, une tâche que M. Cyr qualifie de « belle réussite ».

« C'est une voie ferrée où le talus était très fortement dégradé, en béton brisé, c'était... on peut dire laid!, lance-t-il. Maintenant, ç'a été refait avec de la végétation et c'est beaucoup plus agréable à regarder. »

Plusieurs chantiers suspendus pour les vacances de la construction reprendront cette semaine. Trois nouveaux projets s'ajouteront, soit la construction d'un nouveau trottoir sur la rue Magloire, de la rue Marini à la rue Murier, ainsi que l'installation de la signalisation et d'un réseau d'eau temporaire sur les rues Wilfrid-Laurier et Simard en raison de la reconstruction de celles-ci.

Une excavation majeure aura également lieu sur la rue Chalifoux, en plus de la reconstruction complète de la 15e Avenue, de la rue Chalifoux à la rue du Conseil.

Pour plus de détails sur l'ensemble des travaux en cours sur le territoire de la Ville de Sherbrooke, on consulte le sherbrooke.ca/travauxencours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer